BLOG

Facebook, Twitter, Instagram, Youtube : le détail qui change tout

Geek  •   3 années

Dilemme : Les start ups sont des entreprises hautement évolutives, mais les réseaux sociaux sont des services hautement affectifs. Et lorsque ces derniers connaissent le succès, ils perdent en d’agilité. Les usages se consolident en habitudes, surtout ceux qui définissent l’essence d’une expérience utilisateur.

Le Poke, l’image carrée, le bleu de Facebook vs. le bleu de Twitter, les prerolls, les RT… Plus que des features, ce sont des mascottes, des repères.

Alors comment, dans cet environnement frileux et conservateur, modifier un de vos paradigmes clef, révolutionner un de vos usages signature ? Et surtout, comment ne pas effrayer vos usagers, qui paniquent à chaque altération de leur expérience quotidienne ?

Alors que Twitter tente de se réinventer, j’ai répertorié les principaux changements des principaux réseaux du moment, pour voir comment la nouveauté est apportée et ce qu’elle apporte.

Facebook propose le bouton “dislike”

facebook-dislike-button

  • Signature : le “Like”, seule réaction possible à un contenu, hors du commentaire rédigé.

Tellement attendu qu’il en est devenu une plaisanterie, le bouton « dislike » de Facebook a été annoncé en test. Presque. Car pour éviter un symbole trop négatif, Facebook a amoindri son impact, en l’intégrant dans une palette de réactions faisant fooortement penser au système de Buzzfeed et en l’appelant “Angry”. Reste que nous avons enfin une option de réaction négative.

Malgré une direction artistique qui détonne avec le reste du site (quoique, Messenger carbure déjà au stickers), cette palette de réactions va sans doute cartonner : j’ai en effet souvent envie de laisser une réaction sans avoir à commenter. Avec le temps, le « like » s’est presque mué en bouton « check » : oui, j’ai bien lu ton status. La multiplication des émotions permettra la multiplication des engagements sur chaque post, sans pénaliser les commentaires. Et on pourra enfin faire autre chose que “d’aimer” une rupture ou un accident de voiture.

  • Avis : je like totalement.

Twitter dépasse les 140 signes

twitter-longer

  • Signature : 140 signes, taille limite de tout tweet.

Encore à l’état de rumeur, la fin de la cultissime limite des 140 signes, déjà proposée dans les messages privés, irait bien dans le sens des changements recherchés par ce réseau culte, mais toujours pas vraiment grand public.

Il existe déjà des services de type Twitlonger, mais leur intégration est inexistante, leur graphisme ringard et surtout, ils vous font sortir de Twitter. On en est donc à coller des captures d’écran, une pratique qui ne devrait jamais exister. Le symbole d’un réseau réinventé et bricolé par ses utilisateurs, mais qui ne ressemble donc pas à un produit pensé de A à Z.

Evidemment, je m’attends à ce que ce contenu long ne soit pas le nouveau tweet, mais soit intégré au même titre qu’une image, un lien ou un RT cité. La limite initiale de 140 signes doit absolument rester la règle de base sur Twitter. Pour ouvrir le texte complet, on cliquerait donc sur un court extrait.

J’attends beaucoup de ces posts longs qui permettraient d’enrichir le contenu, mais une fois encore avec Twitter, rien n’est simple : leur duo avec un texte limité à 140 signes risque de dérouter encore plus les néophytes.

  • Avis : je ne suis pas rassuré.

Instagram sort du cadre carré

instagram-portrait-landscape

  • Signature : le format de photo carré, natif et imposé.

Surprise : Instagram permet de publier des photos au format autre que l’iconique carré imposé jusqu’alors. J’ai toujours admiré Instagram pour son adéquation parfaite avec les époques. Le format carré était le moyen le plus gracieux de remplir un écran 3:2 comme celui de l’iPhone 4 :

  • Titre,
  • Image,
  • Légende,
  • Likes / (derniers) Commentaires.

Et cette contrainte plus UX que photographique est alors devenue la signature visuelle d’Instagram, au même rang que ses filtresvintages.

L’avènement des écrans 16:9 plus allongés (Android, iPhone 5S et ses successeurs) et des photos postées depuis de “vrais” appareils photo aurait pu briser ce Feng Shui numérique. Alors Instagram, qui voyait de plus en plus de photos trafiquées avec les fameuses “bandes blanches”, s’est adapté et ce, avec grâce : le choix des homothéties est enfin là, disponible et clair, le recadrage simple.

Evidemment, les formats “portrait” s’insèrent tout naturellement, on n’a pas eu le temps d’avoir peur qu’ils sont déjà les chouchous de la communauté. Instagram a bien compris qu’il ne s’agissait pas tant de carré que d’écran harmonieusement rempli. Les formats “paysage” restent eux pénalisés, mais je préfère cela à une option de rotation qui aurait cassé la simplicité de l’expérience. Autre excellent point : les grilles d’image ont le bon goût de rester carrées et bien alignées.

Tout le monde est donc heureux, rassuré et Instagram prouve une nouvelle fois qu’il offre la meilleure expérience de réseau social actuelle.

  • Avis : je m’incline. Encore une fois, c’est du carré, arr arr.

Youtube fait payer son contenu

youtube-red

  • Signature : les publicités, placées en début de vidéos.

Même si Google propose aussi des services payants, le géant qui vous veut du bien a longtemps été associé à “la gratuité contre la publicité”. Youtube en est le symbole le plus fort, avec son contenu infini et ses fameuses prerolls que tout le monde zappe.

Voici que Youtube lance « Red », son programme payant qui le transforme en site de streaming Premium. Pour 10$ par mois, on se passe donc des publicités, on peut regarder le contenu hors ligne et l’on peut rémunérer les créateurs de contenu. Oui, comme Twitch.

Avec le recul, l’idée me semble moins farfelue qu’elle ne le paraît. Google sait bien que beaucoup d’utilisateurs installent déjà des bloqueurs de publicités, mais parie sur la montée de la responsabilisation de son audience. Vu ce que je consomme quotidiennement sur ce service, je serai enclin à payer 10$, surtout si Youtube arrivait à proposer des versions audios et hors ligne de ses contenus : l’offre de stream musical qui en découlerait alors écraserait Apple Music et consorts, avec un catalogue dantesque de contenu officiel déjà très large et de contenu amateur in. fi. ni.

  • Avis : je crois surtout au potentiel.

Update : Et Twitter remplaça les “Favoris” par les “Likes”. Je pense que c’est un retour en arrière par rapport au bon sens du moment : le “Fav” est une réaction neutre, une action. Au contraire, le “Like” est un jugement. La modification est donc bien plus lourde qu’un simple changement de nom et d’icône. En changeant de paradigme, Twitter veut rentrer dans le rang,  mais bouscule encore ses usagers. Dave Winer en parle très bien.

Des réactions ?

  • Finiarel01

    Des blogueurs de publicité?

  • Lâm HUA

    confusion (révélatrice ?) avec bloqueurs de publicité, je corrige merci

  • Finiarel01

    Oh, quand on voit les articles sponso de certains blogueurs/sites, on peut comprendre l’amalgame…

  • Lâm HUA

    Mais enfin, de qui tu parles :)

  • Finiarel01

    Pas de noms voyons, ce serait faire la publicité de blogueurs… de publicité! :D