BLOG

Meme les artistes

Culture  •   2 années

Le dernier clip de Drake qui fait hurler de rire Internet pourrait accrocher son nom à la longue liste des produits culturels pop détournés et raillés par Internet. Classique.

La culture numérique digérant et remixant tout, on a longtemps assisté à une relation abrasive entre stars control freaks et culture web gros trolleur. La relation a cependant évolué, en 3 étapes marquantes:

Le Rejet

 

Beyonce-Unflattering-7Venant d’une industrie maîtrisant jusqu’à l’obsession tout ce qu’elle produit et  fait paraître, les stars n’ont pas bien vécu que leur image et ses exploitations les dépassent.
Le cas le plus illustre restera Beyoncé et sa chasse aux clichés peu flatteurs, déclenchant un magnifique Effet Streisand et un meme cas d’école appelé “Unflattering Beyonce”.

L’Exploitation

katy-perry-rebecca-blackRapidement, la culture Internet a été plus ou moins comprise et plus ou moins adoptée par les stars. Esthétique criarde, animations gif et autres animaux mignons et stars du web ont commencé à remplir les clips et les posts d’artistes mainstream.
Problème : la beauté de la culture web tient aussi à son anonymat et son côté amateur. Du coup, la plupart des utilisations sonnent surtout comme de la récupération. Ici, Rebecca Black en cameo web pour Katy Perry.

 

Le Don

drake-memesArrive Drake et son clip “Hotline Bling”, où l’on voit le rappeur canadien enchaîner des pas de danse très décalés avec le genre. Evidemment, l’Internet s’empare de cette mine d’or à détournements. Et ça marche : on rigole, les créations sont parfaites… et Drake a atteint son but.
Dans un article du NYT, le chanteur et sa chorégraphe expliquent en effet avoir parfaitement prévu cette récupération et l’ont même facilité : mouvements en boucle, fonds épurées… Tout est pensé pour produire des boucles de gifs et insérer des détournements facilement. Car quitte à perdre la maîtrise de son image, autant jouer le jeu et fournir des munitions au web. Les prémisses de JCVD et Shia sont confirmés.

 

Et ensuite ?

Vu l’intégration croissante de la culture web par les artistes ayant grandi avec, je ne serai pas étonné de les voir ouvrir leur image, abandonner cette souveraineté à la masse anonyme et créatrice du net. Et pour certains, construire des œuvres, voire des carrière sur des memes issus d’autres artistes. Boucle créative bouclée, et tout le monde est invité.

Update : Merci à Simon, qui me rappelle la stratégie média d’Hillary Clinton, soupçonnée de fournir des reaction gifs.

Ces posts pourraient bien vous intéresser...

Des réactions ?