BLOG

“Une nouvelle addiction web” = une vieille addiction télé

Geek  •   2 années

Mathilde Serrell x Twitch : C’est la vidéo qui fait bien le tour du web, vu qu’elle en parle mal.

Une “nouvelle addiction du web“, la formule, déjà culte, annonce déjà a peu près tout ce qui va suivre.

Je vous invite à prendre une tisane-Xanax et regarder (pour la seconde, la vingtième fois ?) Le Grand Journal nous parler de Twitch, la plate-forme star des gamers :

Après sa diffusion, la malheureuse chronique de la malheureuse chroniqueuse Mathilde Serrell a connu un destin classique :

– malaise sur la plateau

– tsunami de hate sur les Internets, qui aiment toujours se réunir pour allumer un bûcher entre amis

En soi, ce genre de bavure crasse ne révolutionne pas la relation qu’entretien en général la télévision généraliste avec les autres petits écrans (jeu vidéo, web), à savoir un épais mélange de Peur, de Mépris et de Méconnaissance. Les exceptions existent, mais elle restent justement cantonnées au rôle d’exceptions, voire de cautions.

La télé flippe des autres médias qui peuvent parasiter son petit écran, c’est un fait. Mes collègues journalistes et chroniqueurs du numérique et moi ont essuyé assez de lignes de défense la plupart des fois où nous avons été invités à en discuter pour ne pas être plus surpris que cela – mais pas moins attristés, justement.

Retour à ce moment malheureux du Grand Journal qui donc en soi, ne révolutionne pas la relation pourrie télé/jeux vidéo/internet etc. Ce nouveau dérapage en date contient cependant des circonstances qui accentuent l’ire de notre génération et de notre communauté :

1. Les erreurs, approximations et le manque de recherche exprimés dans la chronique sont aussi flagrants qu’une patate sur la joue de Simon.

2. Sans tomber dans le délit de sale gueule, Mathilde Serrell est affublée d’un vrai problème d’expression, qu’on pourrait adjuger à la nervosité d’une première, ou à un mauvais dosage d’une certaine drogue. En tout cas, le multiplicateur “agacement” a fonctionné à plein devant ses mimiques forcées.

3. Le sujet Twitch, majeur et profond, a été envoyé en 30 secondes au même titre que les autres sujets “pop”, avec tous les raccourcis que cela amène.

4. Le Grand Journal, malgré ses hauts et ses bas, a toujours été considéré dans le PAF comme une émission assez progressiste, que ce soit dans ses sujets comme dans ses jeunes talents, l’embauche massive de Youtubers en étant la dernière preuve en date. On lui pardonne donc moins qu’à un bon gros “Envoyé Spécial”, bourrin et considéré comme tel.

5. Personne ne veut voir Antoine de Caunes, qui a toujours incarné le jeune con devant l’éternel, devenir un vieux con devant l’internet.

6. Quand est-ce que le Grand Journal fera appel à un chroniqueur qui connaît et aime le sujet du numérique ? Imaginez que Mathilde traite la politique et la musique avec la même application…

Et puis surtout, nous aussi devenons vieux, nous aussi. Geeks, gamers, nerds, no-life, otakus, nous vieillissons et nous nous usons : Dans les années 90, nous nous battions avec énergie pour défendre les nouveaux médias qui font notre culture. Dans les années 2000, nous savions que nous avions gagné et l’évangélisation devenait alors plus patiente, plus sereine, plus pédagogue.
En 2014, lassés de voir que les grands médias ressortent sans se lasser les mêmes marronniers et attitudes depuis 1989, nous devenons-nous même moins patients et plus irritables. Alors, on tape.

Lire aussi : mon Guide d’Autodéfense du Jeu Vidéo

On a envie de devenir grossiers, de ne plus être constructifs, de taper comme on se fait taper, las d’une guerre qu’on gagnera à la longue, mais par abandon de l’adversaire : ce dernier entretien la fracture des cultures et des générations, en sciant lentement mais bruyamment la branche sur laquelle il se tient.
Alors en attendant, on se moque injustement sur Internet des gens qui se moquent injustement à la télé des gens qui regardent sur Internet des gens qui jouent aux jeux vidéo.

On tape et Mathilde Serrell prend ce qu’elle ne mérite pas, comme Twitch et les Twitchos ont pris ce qu’ils ne méritaient pas.

C’est la seule “bonne” chose qui restera de tout ce bruit : Sans le vouloir, Mathilde vient d’intégrer et d’enrichir la culture web, avec son visage incontrôlable et sa formule déclinable à l’infini. Elle rejoint ainsi Nathanël “MEUPORG” de Rincquesen et autres journalistes maladroits devenus mascottes du net. Mes loltoshops illustrant cet article en sont une participation parmi d’autres : ici et , par exemple. En nous simplifiant, elle nous a un peu enrichis.

Une Télé s’éteint, un Meme s’éveille.

Des réactions ?

  • Min.

    hum… on sent quand même un peu de frustration de ne pas voir été choisi en tant que chroniqueur au LGJ…

  • http://www.monsieurlam.com Lâm

    C’est marrant, j’avais voulu devenir journaliste chez ex au lancement de l’émission et je m’étais retrouvé à passer un casting. En tout cas, ce post me semble une mauvaise lettre de motivation :)
    Pas de frustration liée au Grand Journal donc, je pense comme tout le monde vouloir rétablir la vérité et faire preuve d’un peu de progressisme.

  • Xavier

    J’suis content. Enfin un article où je suis d’accord avec tout.

    Particulièrement le paragraphe sur la lassitude qui amène la grossièreté. C’est exactement ça: Ça me pète les couilles de sans cesse devoir ré-expliquer les conneries et raccourcis de la télévision. Maintenant je la méprise, en utilisant le vocabulaire qui va avec.

  • http://alvdaz.fr Daz

    Marrant comme ce portrait me semble éloignée de la chroniqueuse que j’ai vu vendredi soir. http://www.lesinrocks.com/2010/02/02/actualite/medias-actualite/nova-mathilde-serrell-portrait-dune-radio-activiste-1134177/

  • Moralo

    Mathilde Serrell, ou comment le discours de ma défunte grand mère s’est réincarné dans la bouche d’une fille de mon âge.

  • Marico

    Ce qui m’a le plus choquée et attristée, c’est plutôt le cirque et le mauvais jeu d’acteur que la chroniqueuse s’est évertuée à nous servir. À grands renforts de “guillemets aériens” et de prononciation débilisante du nom “Twitch”, elle a réussi à instiller encore plus de mépris dans son discours, déjà pas bien élaboré.
    On est en plein dans la culture de la propulsion à réaction, celle où il est de bon ton de trouver quelqu’un d’inférieur à écraser pour paraître un peu plus prestigieux (et rassuré) une fois perché sur sa tête.

  • djakk

    Regarder le Grand Journal aussi quelle idée … ;)

  • http://www.monsieurlam.com Lâm

    Daz : On dirait une autre personne O_o

  • http://www.indiepoprock.fr/author/s-lerose/ Stéphane

    Mais quel clown!
    Triste et maladroite tentative de rapprocher la télévision du temps jadis d’Internet, avec des sujets que 95% des spectateurs ne vont pas pouvoir se représenter objectivement, compte tenu de la manière dont ils sont couverts.
    Epic Circus.

  • oneal

    en même temps, qui regarde encore la télé… ?

  • Izma88

    Je n’ai même pas pu regardé la fin de la vidéo. La condescendance de cette nana est inacceptable et inapproprié.
    Critiques ouvertes, vomissement par tous les orifices d’un concept qu’elle n’a pas essayé de décortiquer : Si il y a “5 millions d’inscrits/fans” (Soit 4 millions de moins que le Grand Journal), c’est peut-être pour une raison. Et là on ne peux même plus parler de l’évidement clivage au sein d’une même génération, on parle du métier de journaliste, lui-même.
    Merci Monsieur Lâm pour cet article!

  • djakk

    Si elle veut garder son emploi et payer son loyer ou son emprunt immobilier, il faut bien qu’elle fasse “comme les autres” à la télé.

    À cette heure, la télé veut aider à vider la tête de la journée de travail, la critique facile et condescendante qui fait rigoler en fait partie.

  • http://www.matyeu.wordpress.com Matyeu

    Je suis le premier à partager ce constat sur la télévision qui cherche à phagocyter tout ce qui peut entrer en concurrence et notamment les chaînes web ou les réseaux sociaux, et canal plus n’est pas le moins véhément lorsqu’il s’agit de critiquer gratos mais je voudrais savoir en quoi le traitement de twitch est différent du traitement de Sports Illustrated juste après, qui est résumé à son numéro sur les bikinis et sa couverture soi-disant gay-friendly ?

  • Pingback: Lâm, un mec qui tient un blog de fille. » Archive du blog » Hack it – Steal it – Leak it, Slut-Shame it()

  • MChan

    Le plus ironique, c’est que le Tube est en train de monter un sujet sur le egaming pour samedi prochain… A moins que ce ne soit une tentative maladroite pour se rattraper…

  • https://www.facebook.com/francois.vilbert1 Vilbert

    Ayant beaucoup apprécié votre article suivant “hack-it-steal-it-leak-it-slut-shame-it”, je suis remonté le temps afin de lire vos précédents sujets.
    Je suis donc un peu déçu par votre traitement de ce micro scandale, et même si votre texte est assez équilibré et n’accable pas Mathilde Serrell, je constate que, là comme ailleurs, s’il y a une chose dont on ne doit JAMAIS se moquer dans les médias, ce sont bien les jeux vidéo.

    Cet absence d’humour de la part de la sous-culture gamer me laisse toujours dans des abîmes de sidération…
    “On ne doit pas mal parler de nous”, tel semble être le crédo d’une petite communauté repliée sur elle même et qui croit que le monde à commencé avec la Nintendo 64 et la PS1 (chacun remplace par la console de son choix).

    Et l’idée d’opposer télévision et web dans une guerre où la télévision jouerait le rôle du média has-been et où le oueb serait le jeune super sympa m’a toujours semblé des plus stérile.
    Ce sont des médias qui sont appelés à se compléter peu à peu, et je crois moins qu’il s’agit de peur de la télévision de papy pour un nouveau média hyperswag, mais plutôt d’un snobisme de génération, où les jeunes s’estiment trop cool pour s’afficher en téléspectateurs (alors même qu’ils ingurgitent jusqu’à plus soif, et sans y voir de contradiction, les crétineries de Secret Story et des chtis à Palavas…)

    J’aimerais juste que les gamers regardent un peu l’image qu’ils donnent d’eux et de leur pseudo communauté (et c’est un ancien MMORPG addict qui écrit cela) : des nerds vissés sur leurs fauteuils Conforama avachis, passant des nuits sur LoL, WoW ou CoD (c’est à dire en grande majorité des jeux de combats ou de stratégie guerrière, évoquant plus les bastons de cour de récréation que les jeux de réflexion), se chamaillant ou bashant un jeu dès sa sortie parce qu’ils ne correspond pas à leur attentes… Et la presse “vidéoludique”… est-elle jamais sortie de l’adolescence ? (mis à part IG Mag et peut-être, soyons indulgent, un ou deux autres titres ?… )

  • http://www.monsieurlam.com Lâm

    Je comprends votre réaction, sans l’approuver : l’agacement ne tient pas tant à un sujet qui nous touche qu’à la systématisation de ce traitement. Un peu comme si vous étiez un défenseur des requins, devant la énième Shark Week.

    Et pour l’opposition Télé/JV-Internet, crois-moi, elle est bien réelle, devant et derrière les caméras.

    Quand à l’image que nous renvoyons, elle se heurte à la réalité : la moyenne d’âge des joueurs de jeu vidéo est de 33 ans, plus de la moitié sont des femmes.

    (et Bienvenue sur le blog !)

  • http://www.lilibuznet.com buz

    Je suis d’accord, je trouve les gamers un peu suceptible sur ce coup. Elle paye pour tous les autres à cause de son coté fofole.

  • http://enypensant.wordpress.com/ Magneiz

    Bah on veut qu’on parle de gaming à la télévision … mais avec justesse. Comme tout en sommes ;)

    Cette chronique n’étant pas destiné à être drôle (c’est pas Le Petit Journal en l’occurence) il aurait fallut que la madame traite son sujet justement, pas en sortant des clichés, prouvant visiblement qu’elle n’a pas creusé.

    Une chronique similaire dans le Petit Journal par exemple n’aurait pas eus le même effet, car c’est une émission à vocation satirique, hors le Grand Journal est une émission à vocation informative (et divertissante, mais on divertis pas en ridiculisant une frange majeure de la société ;)

  • toufure

    Bon pour le coup, la demoiselle est à baffer par ses mimiques. Sinon le discours est toujours le même, donc elle se prend un retour “made in web” à la hauteur de la qualité de sa chronique (contenu + mimique). Comme souvent, j’aime bien ta façon d’expliquer Lâm, de mettre des mots sur quelque chose que j’ai parfois du mal moi même à m’expliquer.
    Pour Vilbert, je pense que que tu as toi même une vision étriquée du gamer, même si tu es un ancien joueur (qui joue à une partie étriquée de ce que propose les jeux). Je suis moi même gamer ayant commencé avec la Nes, et je joue à un mix de Point and click (on rigole pas…), CS, Zelda,… J’ai 34 ans, marié, un enfant et j’en ai marre de devoir réexpliquer au gens que ce loisir n’est pas plus déméritant que des mots croisés. Comme dis par d’autre, ce n’est pas de la susceptibilité, juste un ras le bol du traitement approximatif et culpabilisant des jeux videos. J’en ai également marre du traitement des sujets sur les asiatiques/restaurant/mafia asiats pour exactement les mêmes raisons.

  • Pingback: Le Grand Journal raille les jeux vidéo, De Caunes s’excuse | Vos nouvelles()

  • Pingback: Lâm, un mec qui tient un blog de fille. » Archive du blog » Le progrès, ce problème dans la défense du jeu vidéo()