BLOG

Laissez-moi vous parler de celle que j’aime

Eux  •   5 années

Hier soir, elle est enfin rentrée après 3 semaines d’absence. Nous avons discuté, savoir ce qu’il en était de notre couple, celui qui est en crise.

Vous savez, malgré l’envie, je ne vous ai que peu parlé de mon couple ici, pour plein de raisons. Pour elle, par exemple. Mais je trouve l’histoire vraiment jolie et je crois que c’est le moment, alors je me lance.

…………………………

Ma chérie s’appelle Justine et je l’ai rencontrée… En 1995 en fait. Nous étions au même lycée Guillaume Budé de Limeil Brévannes, Val de Marne. Elle débarquait en seconde, j’étais en première. Nous étions tout un groupe à jouer au volley pour les sections du club du lycée. Je ne l’avais jamais remarquée. Un jour, mon pote Grégory Olczyk vient me voir :

“Tu vois les deux filles là-bas ?”

“- Oui et ?”

“- Tu en penses quoi de celle qui est châtain ?”

“- Je sais pas, pourquoi ?”

“- Parce que sa copine me dit qu’elle m’aime bien, je ne sais pas trop moi.”

Non, elle n’avait pas flashé sur moi. Au lycée, c’est Greg qui les attirait toutes. J’ai été voir la fille de plus près. Hey, elle est du volley. Elle avait un visage doux, mais singulier. Bon, ok, je suis rentré chez moi.

Je n’ai pas dormi de la nuit. Elle avait un truc dingue. Le lendemain :

“Greg, il faut que tu sortes avec elle, elle déchire, je le sens, elle déchire. Si tu le fais pas, je lui demanderai direct.”

Il ne s’est jamais décidé et moi, je n’ai pas bougé. Nous avons joué au volley durant de longs mois, avant que je n’apprenne qu’elle avait finalement le béguin pour moi et ce, depuis quelques temps. Ce fût la plus grande joie de ma vie, à ce moment de ma vie.

Nous sommes sorti ensemble durant 5 courtes semaines, qui m’ont paru des mois de bonheur. J’étais heureux et épanoui. Et puis, elle est partie en voyage scolaire en Italie. Devant le peu de nouvelles, j’ai dit à ma famille “je le sens pas“, je m’en rappelle encore, elle est revenue et j’ai su qu’elle ne m’aimait plus. Un beau terminal lui avait un peu tapé dans l’oeil, sans plus. Mais c’était juste assez pour qu’elle se rende compte qu’elle n’était pas si attachée que cela. J’étais fou amoureux d’elle. Nous nous sommes séparés dans le salon de Greg, pendant que tout le monde s’amusait dans le jardin.

Le premier grand Amour, couplé au premier grand chagrin d’Amour, ça fait mal. J’ai eu mal, ça m’a traumatisé, j’ai mis des années à m’en remettre, j’ai humilié des filles à cause de ça (je le comprends, maintenant), je me suis construit par rapport à ça. Je ne l’ai jamais vraiment oublié. Parce que dans mon monde d’ados assez compétitifs, avec le l’égo et de la séduction, elle se tenait juste hors des choses, des pressions. Elle était extraordinaire au sens propre du terme.

Nous nous sommes revus une fois, une nuit à discuter, avant qu’elle ne re-disparaisse pour de bon.

…………………………

Le temps a passé, j’ai connu une vie sentimentale, amoureuse, de belles choses se sont passées, des galères aussi, comme tout le monde. Certaines ont compté. L’une d’entre elles, particulièrement : Elé est la grande soeur de la meilleure amie de Justine. Oui, le monde est un peu trop petit. Nous étions attirés, puis proches sur plein de points, mais cela n’a jamais marché entre nous, d’un point de vue couple. Mais j’ai compris qu’il existait d’autres personnes, d’autres possibles dans la vie.
Et puis, histoire de rendre les choses encore plus rigolotes, elle et sa soeur restaient persuadées que Justine et moi reviendrions ensemble, tôt ou tard. Leur petit lobbying familial est devenu un running gag au fil des années.

Avant de devenir un piège. Un soir d’été 2008, Elé, m’emmène en voiture à une soirée Poker chez elle. En chemin : “Bon, Lâm, ce n’était vraiiiiment pas calculé, mais Justine est là.” Elle m’a sorti un sourire de sale gamin tout en accélérant, pendant que je martelais la vitre pour sortir. Et la soirée s’est bien passée, juste bien. Les choses étaient apaisées.
Comme par hasard, Justine m’a sorti sur un bad beat et nous avons ri. Elé : “Oh bah ya plus de métro, Ju, tu peux raccompagner Lâm en voiture ?” *sourire de sale gosse*. Nope. Je suis rentré par le premier RER et dans le wagon doucement ensoleillé, j’étais heureux : je ne ressentais plus rien pour elle. Nous avions suivi un chemin différent, 13 ans de vies propres, rien en commun. Et la fin de cette entité en moi, composée de fantasmes et de traumatismes.

J’étais serein, lorsque nous nous sommes promis de prendre un café, en potes. C’est arrivé, quelques semaines plus tard. C’était à la terrasse du Bidule, métro Faidherbe Chaligny. J’habitais la rue d’à côté, elle couvrait une manif’ qui se terminait à Nation. Ce café, il ne s’est arrêté que le lendemain. Une nuit encore à discuter, juste à discuter. Un réveil un peu gêné mais tendre. Elle sortait d’une grosse relation, j’étais en mode célibataire. Mais nous retombions l’un pour l’autre.

…………………………

Et nous avons craqué. Nous nous sommes finalement remis ensemble à l’Automne 2009. Mais nous avions peur, si indépendants, si désireux de ne pas assumer “la jolie histoire” qu’on allait nous observer. Les débuts ont été difficiles dans ma tête. J’avais l’impression d’avoir consommé et gâché quelque chose qui aurait dû rester de l’ordre du fantasme. Mais cela a rendu notre couple beaucoup plus fort que je ne l’aurais pensé, car tout n’est allé qu’en montant lentement.

Nous nous sommes apprivoisés petit à petit, pour vraiment apprécier et assumer toute avancée : partir en road trip, revoir les parents de chacun, faire des mariages, aménager ensemble. Et le plus fou pour moi : voir devant, ne pas penser à la fin, fermer les yeux, ne penser à rien d’autre qu’à en jouir. Des années merveilleuses, magnifiques et riches, j’en pleure devant mon écran. Et comme tous les couples qui durent, vient le temps, le quotidien, les défauts, les hauts et les bas.

…………………………

Un bas est arrivé. Un dur, sournois, qui l’a prise sans dire mot à la fin de l’année dernière. Elle s’est posé des questions sur nous, sur moi, sur notre évolution encore possible, sur mes défauts, mon style, le sien. Justine a été élevée dans un clan de femmes fortes, féministes, fusionnelles, comme une amazone. Elle en tire une force parfois effrayante et blessante. Un visage si doux et un caractère si dur. Elle est partie en Inde en Décembre, est revenue un peu absente et ce n’était pas le syndrôme classique.

A partir de là, ces 4 derniers mois ont été une épreuve injuste, insurmontable. Je la voyais près de moi, je la sentais loin. Je ne savais plus quoi faire face à son éloignement. J’ai multiplié les attentions, les ai totalement supprimées, je lui ai laissé du temps, j’ai voulu être là, prêt.

“Je ne sais plus si je t’aime“, me dit-elle calmement. Blam. Blam. Mon coeur a été broyé. Nous sommes en Mars. Je ne supporte pas la chose, la maladie de Basedow se déclare. Nous avions projeté de partir ensemble couvrir le festival Coachella, car elle trouve que nous fonctionnons tellement bien en voyage, hors de notre territoire, lorsque je lâche enfin mes écrans, le net, les autres. Les accréditations n’ont pas été accordées. Alors elle est partie 3 longues semaines en Scandinavie avec sa soeur. Elle me disait qu’elle avait besoin de faire le vide, d’être seule pour réfléchir. Moi j’avais besoin d’elle, de savoir, de me remettre, de savoir, de savoir. Je le sentais pas.

J’ai regardé mon plafond en pleurant le matin et le soir chaque jour de la première semaine. Mon traitement hormonal + ma sensibilité = Bridget Jones. J’ai écrit ce billet, une nuit où c’était insupportable. On s’est disputés par mail pour ça. J’ai acheté un billet d’avion pour Bali sur un coup de tête. Mais mon cardiologue m’a dit non. J’allais au bureau à reculons. J’ai reçu des soutiens tellement forts. J’ai attendu qu’elle revienne, parce que par mail, elle m’a dit qu’elle avait pris la décision dans sa tête. Et qu’elle revient rarement sur ses décisions. Je rentrai à la maison à reculons.

Elle est rentrée hier. Alors ? Pour repartir. Elle ne m’aime plus. Elle est désolée pour moi. Elle prépare déjà son départ, où elle va dormir, si nous devons garder contact, elle me laisse toutes nos choses en commun. Elle aime bien faire un tri, une purge dès qu’elle part. Tout va si vite.

…………………………

Je me suis préparé, endurci. Les deux semaines précédentes, je me suis habitué à cet appartement silencieux, à moins parler, à bruncher seul. J’ai voulu sortir un peu plus. Je suis parti en week end improvisé avec des potes. J’ai fait une soirée trop alcoolisé avec mes potes d’enfance, j’ai turbiné du cerveau, la colère, la passion. Et du coup, je lui ai demandé de parler, d’annoncer. J’allais encaisser.

Elle m’a tué, avec ses mots définitifs, pensés, justes. J’ai vu dans son regard le regard de la jeune fille de 15 ans qui m’avait brisé le coeur il y a 17 ans. Aucune envie de faire du mal, même si c’est le cas. Une sérénité dans la décision, pas de discussion, d’essai, de négociation possible. Elle avance droit, sans ralentir. J’avais tout blindé, mais tout s’est écroulé. Hier j’ai tellement pleuré, à en avoir des spasmes. Tout est fini. Elle ne dormira pas chez nous ce soir. Je l’ai attendu tellement longtemps, et j’ai l’impression que je n’ai même pas le temps ou l’occasion d’enterrer notre couple proprement. Faire “nos” choses une dernière fois, bien, parce que les autres fois, je ne savais pas que c’étaient les dernières fois.

Regarder une dernière fois “Human Planet” ensemble. Faire et manger un gâteau au yaourt une dernière fois, comparer les ramens et les gyozas, une dernière fois chez Higuma, une dernière fois chez Hokkaido. Débarquer un dernier Dimanche après-midi au Barber Shop chargés de mangas et comics, repartir ensemble loin pour l’ultime road trip photo, se dire “au revoir, c’était génial”, refaire une fois encore l’amour, se faire un signe à travers les carreaux en verre donnant de la douche à la chambre, étendre une dernière fois ces machines de linge qui prennent la moitié du salon, te sentir passer par-dessus moi endormi dans le lit le matin en allant prendre ta douche, une dernière fois, te regarder endormie une dernière fois sur notre canapé, préparer un dernier déguisement duo pour les soirées de Ben & Mel, culpabiliser une dernière fois de te voir plus active que moi, entendre une dernière fois ce toaster qui annonce tes tartines beurre miel, te caresser les pieds, t’engueuler gratuitement une première et une dernière fois.

Comment ça, ce n’est pas possible, ça ne sert à rien ? Mais je m’accroche à quoi alors ? A rien ? On est grands, on sait qu’il faut oublier ? Je sais qu’il faut oublier, mais là je peux pas. J’ai tout perdu au moment où on me l’a dit, j’étais pas prêt, je peux même pas faire le deuil de mon couple qu’elle en est partie, voilà. Elle a vécu la crise de notre couple et l’a résolue seule, dans sa tête. Moi, je n’ai eu aucune chance d’intervenir, de tenter.

Et moi, j’ai l’impression de n’avoir servi à rien, à part l’avoir couverte de tendresse du coup mal placée. J’ai l’impression d’être un gros con de mec qui est trop, mais pas assez, qui aurait dû voir les signes qu’il n’a pas vu, qui avait tous ces défauts pas importants, mais finalement si, qui se retrouve passif et benêt, incapable de sauver son couple à la première crise, parce qu’on lui raconte déjà le dénouement de quelque chose qui s’est passé sous le nez de son confort de mec de couple.

Mais pour un benêt, j’ai accessoirement la sensation d’être une jeune fille qui tombe en cloque quand son mec la quitte : Histoire de pousser le symbole jusqu’à l’absurde, je vais porter durant des mois la maladie de Basedow déclenchée par le stress de mon couple. Oui, une maladie d’Amour au sens propre du terme. Achievement, là.

…………………………

Et puis ce soir, elle m’attendait à la maison. On devait se croiser pour que je ne rentre pas dans un appartement vide et vidé, juste pour la voir un peu. Je sais, c’est pathétique, mais je m’accrochais à ça, même ça. Quelques minutes avec elle. Et puis, elle m’a regardé, et m’a avoué.

Elle a rencontré quelqu’un. En Inde. Qui l’a séduite et donc éclairé en elle tout ce qui n’allait plus chez nous. Elle s’est posé la question, n’a pas su me le dire. Je lui avais demandé hier, elle n’a pas eu les couilles de le dire et ce soir, elle veut le faire. Je lui fait tout déballer.

Ces 3 semaines en Scandinavie, tu es allée le voir ? Et il s’est passé quelque chose ? Et ça t’a confirmé tes doutes ?

“- Oui. Oui. Oui.”

Lorsque les choses sont devenues sérieuses entre nous, nous nous sommes promis d’arrêter si on ne s’aimait plus vraiment. Et je lui ai affirmé que l’infidélité était une notion que je pourrais gérer. Personne n’est 100% fidèle (je compte dans la tête), je n’ai pas toujours été fidèle. Là, je gère. Même si je sais que les prochaines semaines seront celles de la colère, de ces 4 mois en enfer basés sur un mensonge qui vont me revenir en plein tronche, présentement, je gère. Parce les choses n’ont pas changé. Comment peut-on en vouloir à quelqu’un qui tombe amoureux ? On ne contrôle pas ses sentiments, c’est triste, mais pas coupable.

Je ne lui en veux pas pour ça, même si cela m’arrache le cerveau de l’imaginer avec un autre. Je lui en veux d’avoir été petite, elle si droite et forte et pleine de valeurs dans notre couple. D’avoir fui son couple qui se délitait et son mec qui s’effondrait. D’avoir su que son mec allait se torturer la tête et se culpabiliser pour les mauvaises raisons. De le voir aujourd’hui malingre et faible et qui se déteste.

Et si elle en aime un autre, c’est que je n’ai pas été assez fort pour qu’elle s’en foute.

Je ne lui en veux pas vraiment, parce qu’on ne commande pas les sentiments des gens et que, malgré sa dureté et sa lâcheté, elle est sincèrement désolée de me rendre triste, je vois son visage, ses gestes. Encore. Même si notre relation n’avait absolument rien à voir avec celle de notre adolescence, le sentiment de revivre la même chose qu’il y a 17 ans et de ne pas avancer d’un iota dans ma vie est si énorme qu’il est inévitable, en pleine poire.

Elle, elle avance dans sa vie. Elle a changé, elle s’est épanouie, elle est encore plus belle qu’il y a 17 ans, qu’il y a bientôt 4 ans. Son visage est magnifique. Elle évolue et ce couple n’a été qu’une étape, c’est comme ça. On a beau me dire “oublie, avance maintenant”, c’est impossible. Je ne vois qu’elle partout, mes yeux en foutent partout, je vois la partir, sans haine, triste pour moi, mais enfin sereine avec elle-même. J’appartiens déjà tellement à son passé, la violence d’être balayé doucement sur le chemin.

Il y a 3 ans, nous sommes partis ensemble pour notre premier road trip dans l’Ouest américain, celui qui a vraiment lancé notre couple. J’en ai ramené une série de photos dont certains d’entre vous se rappellent. Elle s’appelle “The Trail“.

Ce matin, seul dans le salon, je l’ai repassée sur la télé, en grand. Et j’ai compris et j’ai éclaté en sanglot : Aujourd’hui, cette série éclaire tout. Aussi fort que je m’acharne, que j’essaye, à 16 ou 30 ans, “Justine & Lâm” n’est pas un couple qui peut durer, il souffrera tôt ou tard d’un décalage :

Ce sera toujours elle, qui avance. Et derrière, moi.

…………………………

Des réactions ?

  • http://lablune.wordpress.com lablune

    Comme pas mal de monde par ici, je te lis depuis… pouf au moins tout ça ! Et comme beaucoup de monde par ici, je suis vraiment émue. Sans même te connaître, j’avais l’impression de venir prendre des nouvelles d’une personne que je connaitrais bien.
    Ca me souffle un peu. Beaucoup.

    Il n’y a pourtant pas grand-chose à rajouter, à part “prends soin de toi mec”… et tout ira mieux après, plus tard, enfin, quand le coup sera passé…

    Take care…

  • Thomas

    Biiipppp
    Merci pour ce billet!

    Thomas, lecteur silencieux depuis 2005

  • aro

    stop crying your heart out:

    http://www.youtube.com/watch?v=mVq-MU7ojVY

    courage mec

  • JD

    Courage, le temps fera son oeuvre. Tu l’as déjà oubliée une fois, tu l’oublieras à nouveau. Mais cela demandera un peu de temps. Courage ;)

  • sleepingcat

    Coucou Lam !
    Je suis aussi une lectrice occasionnelle de ton superbe blog :)
    Je n’avais jamais laissé de commentaires auparavant mais je me joins aux autres pour souligner déjà tes talents d’écrivain :) et le fait que ce post’ est vraiment très touchant.
    On passe tous par ces moments là, et pour ma part je me souviens d’avoir eu cette impression que l’on m’arrachait une partie de moi, les nuits blanches et les réveils douloureux lorsque l’on est confronté à la réalité. Puis vient la phase où il faut se reprendre en main, faire de nouveaux projets, se fixer de nouveaux buts, et s’ouvrir au monde qui nous entoure.
    Je ne te connais pas mais je pense que beaucoup s’accorderaient à penser que tu es un garçon plein de talents, d’humour, et super super bien entouré :) j’espère que tu réaliseras vite que tu mérites d’être heureux et que tu choisiras bientôt de positiver :)
    Tout ira mieux !
    Take care,

  • Laure

    Lâm, tu t’en sortiras, et grandi je t’en fais la promesse, bien que je ne connaisse qu’une parcelle de ton histoire. Enceinte et quittée par l’homme, que je croyais “de ma vie”, j’ai cru mourrir. Je suis morte d’ailleurs, mon ancien moi n’existe plus. Le nouveau a jailli, après de longs mois de souffrance, de larmes…et je m’en suis sortie. Je n’oublierai pas, jusqu’à mon dernier souffle, mais je ne me rabaisserai plus. Jamais. Vis ta souffrance, accepte-là parce que pour la vaincre il faut l’affronter.

    Dans quelques mois, je serai heureuse de lire que tu vas mieux, ce sera le cas. Je tiens toujours parole.

    Laure.

  • Jeremy

    *bip*

  • Milenko

    Comme tant d’autres avant moi, je suis un lecteur assidu de ton blog depuis quelques années, sans jamais n’avoir commenté aucun article. Mais ce récit me parle comme il parle visiblement à tout le monde, c’est à la fois si semblable et si différent de ce que tout un chacun a déjà ressenti ; c’est universel. Je te souhaite simplement courage, sachant à quel point cela peut être dur. Je te suis, je te lis.

  • Max

    J’espère de tout coeur que tu surmonteras cette épreuve… Courage!

  • http://afrenchiintheusa.blogspot.com/ Rémy

    Salut Lam,

    J’ai toujours suivi ton blog, et l’ai (très) rarement commenté. Il est peu probable que tu lises ce message et je ne vais pas te raconter ma vie, ni essayer de te réconforter. Je voulais juste te dire que là, maintenant, je pense à toi. Parce que ton message m’a touché. Et non, on est jamais vraiment seul. Jamais.

  • TOUFURE

    Toujours cette plume qui fait ton succés, et qui fait que je viens souvent. Je ne te connais pas, on s’est juste croisé dans plusieurs de tes soirées (de trés bon moment pour moi) et c’est à ces occasions que j’ai pu m’apercevoir de ton talent naturel à rassembler des gens hétérogènes. C’est quelque chose que tu maitrises. Malheureusement, on ne peut pas avoir la main sur tout et maitriser tout.
    La dernière qui m’a fait ce que tu viens de vivre, j’ai rapidement tourné la page en me disant “si tu es capable de tirer un trait sur 5 ans de relation pour une personne que tu ne connais pas plus que ça, c’est qu’on ne vivait pas la même chose…”. Je ne dis pas de penser de la même façon, chacun à ses propres réactions, son propre chemin à suivre. Trouve le tien et va vers tes proches, ceux qui sont toujours là depuis des années.

  • Benoît

    Bonjour Lâm,

    Je suis ton blog depuis que je t’ai vu faire le mariole sur la scène de la finale de l’ESWC 2007 et j’aime beaucoup te lire de temps en temps. Même si je ne te connais pas IRL, j’ai l’impression qu’il n’est pas si déplacé pour moi de commenter cet article sur ta situation personnelle :

    La lecture du premier post où tu parles de ta vie sentimentale déliquescente m’a gêné (celui sur lequel ton ancienne amie et toi vous êtes disputés). J’ai eu l’impression que tu ouvrais trop ta vie à des gens qui n’ont pas à la connaitre si profondément. Et puis en lisant le post que je commente, je me suis rappelé pourquoi ton premier post m’a un peu énervé : same/same expérience douloureuse :
    – Une période précédant la rupture absolument horrible : tu es dans l’expectative, elle ne te parle plus, tu la sens qui s’éloigne…alors tu déballes tes sentiments à tous ceux qui t’entourent parce que tu es perdu et que tu étais habitué de tout partager avec elle ;
    – Une fille qui te met devant le fait accompli : « j’ai décidé de te quitter il y a déjà […] semaines, aujourd’hui je te l’annonce et il n’y aura pas de discussion » ;
    – Une partie de toi qui t’échappe, celle que tu as construite avec elle, autour d’elle. Cette partie de toi que tu lui as confiée et qu’elle ne veut même pas te rendre : elle a fait son deuil de son côté et a enterré cette partie de toi avec la sienne au cours d’une cérémonie où tu n’as pas été conviée ;
    – Tu te bats pour qu’elle te parle, pour qu’elle accepte de te regarder : parce que présentement tu es littéralement déchiré en deux et que la moitié de ton être est manquante et que si elle ne te dit pas pourquoi et où elle a enterré cette partie de toi, tu mettras des mois/années à te reconstruire;
    – Alors tu cherches à la voir et tu essayes de lui arracher des explications : toi aussi tu veux ta cérémonie d’adieu, qu’elle te rende cette partie de toi qu’elle ne veut plus !!

    Si tu me le permets, j’aimerais finir par ça:
    Même si pour une raison X ou Y tu n’as plus mal et tu peux arrêter de penser à elle (son nouveau mec ne ressemble à rien/ a peur de toi/tu comprends qu’elle se dirige pas du bon côté de la Force/tu viens de ken un canon dont ta ancienne amie était jalouse/elle a eu un comportement méprisable envers toi et tu as pitié d’elle…), n’anesthésie pas ton cerveau et réfléchis parce qu’il faut que tu te reconstruises correctement pour pouvoir renouveler l’expérience avec une autre personne (et que tu pourrais regretter plus tard de ne pas l’avoir fait quand tout était encore frais…).

  • http://solisiter.blogspot.com solisiter

    Rien à dire si ce n’est que te montrer ma (notre) présence.

  • Peter

    Je me reconnais tellement dans ce que tu as écrit, que j’ai l’impression de relire ce que j’ai écris il y a 4 mois – au mot pour mot parfois. je récupère assez vite des relations mais l’unique chose qui te permettra d’aller mieux c’est le simple écoulement du temps. C’est idiot et bête à dire mais : “ça passera”. C’est la seule chose certaine que j’ai pu tirer de ma derniere rupture.

  • Pilip

    BiP

  • shub

    Bon gros hug comme dit caf :
    http://bit.ly/JYIOo4

  • Quinton

    http://youtu.be/-EQ6eHeBrhM
    Ca c’est fait…

    C’est une femme comme Justine qu’il me faut.

  • MO

    Lâm, très cher Lâm,

    L’humain (malheureusement) doit aussi passer par des phases douloureuses pour se reconstruire et avancer.

    Je comprends totalement ta peine et le chaos immédiat dans ta vie, ce pour d’autres raisons qui me sont personnelles que je n’étalerais pas ici.

    Les mots sont parfois vains mais je suis heureux pour toi que tu sois soutenu par autant de personne au travers de tous ces commentaires: tu as su nous toucher au travers de ce que tu fais, et aujourd’hui nous te soutenons, sincèrement et simplement.

    Beaucoup ont donné des conseils selon son expérience de vie, le mien si je puis me permettre est un peu mystérieux(!), mais il m’a énormément aidé en y réfléchissant maintenant: vis, vis pour toi car ce n’est que le commencement.

    tu n’es pas seul, bien à toi

  • http://www.pockyworld.com pocky

    Bisou m8.

  • Eno

    Dire qu’à l’époque où j’ai vécu une histoire similaire, la lecture de ton blog faisait partie des choses qui me permettaient d’arrêter de pleurer !

    Je te rejoins complètement sur le traumatisme de la “non dernière fois” pour chaque chose qui faisait la force du couple et le fait d’être impuissant face à la décision préméditée de l’autre.

    Bref, ne te remets pas en question et reste celui qui, pour beaucoup d’entre nous, est source d’inspiration !!

  • Pymtis

    Je crois que c’est l’heure de lancer un gros Starcraft2, de se péter la tête à Street Fighter et de remettre une petite couche de Diablo III ! :)

    /hugs

    Pymtis

  • mistervannes

    Salut Lâm,

    J’ai lu ce texte, que dis-je, cette déclaration, cet aveu si intime, cette histoire, cette vie, cette …
    Et déjà je regrette. C’est tout simplement magnifique, si profond, si intense. J’ai l’impression d’être un voleur. Un cambrioleur affectif. J’ai l’impression de prendre seulement, et c’est d’autant plus injuste dans ce contexte. Alors si tu le veux bien, accorde-moi ton pardon. Je vais essayer de te rendre un peu de ce que tu m’as donné.

    Que dire ? Dois-je avouer que je suis plus ému par ta vie sentimentale que par la mienne ?
    Et pourtant. Je traverse en ce moment une période très difficile au niveau moral, affectif, intellectuel et physique. On m’a toujours considéré comme quelqu’un “d’intelligent”, et pourtant je n’arrive pas à résoudre l’équation. Intelligent, qu’est-ce que ça signifie en réalité ?

    Qu’est-ce que la vraie intelligence ? Et ce ne sont pas les maths ni la physique qui m’aident. Chaque tentative de réponse soulève d’autres questions plus douloureuses encore. Finalement, ce qui était jusque là un “privilège” se retourne contre moi. Qu’y a-t-il de plus frustrant que de ne pas trouver de réponse ?

    Ce sont les 10 dernières années de ma vie qui s’effondrent petit à petit, qui s’effritent et qui perdent leur sens. Je n’arrive même plus à déprimer. Je me dégoûte. Chaque jour un petit peu plus. Je pleure, je ne dors plus, et quand on me demande si je vais bien, je réponds oui. Pour ne pas déranger. Parce que j’ai honte. C’est un cercle vicieux : j’ai besoin des gens, mais j’ai peur des gens.

    Et malgré ça, je dois assumer mon rôle de comique de service. Je suis l’inverse du clown, qui a l’air triste mais qui en réalité est drôle. J’ai l’air drôle, mais au fond de moi, je suis triste. Et ça remonte. Et ça fait mal. Alors j’en déduis que je me suis menti toute ma vie.

    Je n’ai pas de conseils à te donner, tout simplement parce que je ne suis pas capable de m’occuper de moi-même. Mais aussi parce que je n’ai pas le droit de le faire. Qui suis-je ? Quelle valeur cela pourrait avoir ? Je ne t’ai même jamais vu. Je sens d’autant plus le malaise lorsque je me confie à toi. C’est stupide : je voudrais que nous soyons amis. Et si nous l’étions, il y aurait de grandes chances pour que je ne me confie pas.

    Depuis ton post sur tes problèmes de santé, je t’ai porté très fort dans ma prière, je ne vais pas m’arrêter maintenant crois-moi. À vrai dire, c’est une des rares choses positives dans ma vie en ce moment. Il y a la prière, la prière pour toi en particulier, et deux amis. Cela fait trois amis au total, mais je n’ai pas le droit de te compter comme tel, on ne décide pas de ces choses-là. Ça serait égoïste.

    Il me reste de la force pour alimenter ma passion pour la musique et pour la photo. Pour le reste, je ne sais pas trop comment cela peut encore fonctionner. Je suis pourtant obligé me lever tous les matins pour aller en cours. C’est l’obligation morale de respecter mes professeurs qui m’y pousse, car je suis tellement triste que même mon rêve de môme est en train de s’effacer. Je voulais devenir chercheur quand j’étais petit. Je le voulais encore au début de l’année. Maintenant, je n’en suis même pas sûr. Est-ce que je le veux ? Ou bien est-ce que “je veux le vouloir” ? Et c’est pareil pour chaque pendant de ma vie.

    Si tu lis ce message dans ce flot de commentaires, où se trouvent certainement beaucoup de tes amis, et de réflexions beaucoup plus pertinentes, alors je suis confus. Je te fais perdre du temps, mais j’essaye de te donner un peu de moi. En réalité, j’espère que tu as mieux à faire que de me lire. Même si secrètement, j’aimerais que tu voies ceci, et même que tu me répondes. Mais ne perds pas ton temps à ça, occupe-toi de toi même car c’est tout ce qui compte pour l’instant. Peut-être que dans de meilleures circonstances, nous aurons l’occasion de nous rencontrer.

    Ce message est abominablement long, et confus.
    Pardon, et merci. C’est mon message.

    Avec toute ma sympathie, toute mon amitié, et tout ce qui me reste de force, je crois en toi,
    Antoine.

  • Petite Pomme

    Bonsoir Lâm,
    Pas l’habitude d’écrire des commentaire comme beaucoup de personnes ici. Je suis ton blog depuis quelques mois maintenant (que j’ai d’ailleurs conne grâce a Timai ;) ).
    Ce billet ma vraiment émue comment dire j’ai l’impression que j’aurai pu l’écrire moi même. Je connais trop bien ces sentiments de culpabilité, remord et la sensation d’être déchiré en deux partie.
    Je sais que tu ne liras peut-être jamais mon commentaire…. Et que ces quelques mot vont te paraître bien dérisoires comparé a la souffrance que tu endure. mais j’aimerai pouvoir t’aider même ne fusse que te réconforter et te donner beaucoup de courage pour surmonter cette épreuve.
    Sache qu’on est tous avec toi dans cette épreuve. Je continuerai a prendre de tes nouvelles.

    Bises, Petite Pomme.

  • L.

    Hep.
    Mon commentaire passera sûrement inaperçu, mais il faut que je le poste.
    Je viens de me manger toutes tes archives, en moins de trois jours. Je n’ai pas poussé le vice jusqu’à regarder les commentaires, mais j’ai lu chaque article avec attention. Je me suis pas mal marrée, j’ai parfois été émue, j’ai poussé quelques cris de dindon.
    J’ai appris plein de trucs sur toi, j’ai regroupé nos points communs, je sais à quoi ressemblent tes fesses et j’ai presque l’impression d’avoir gagné un pote. Ce dernier article me fait vraiment mal au coeur.. Et me donne aussi très très envie de te serrer dans mes bras comme un loutron et te dire que ça va aller mieux. Tes mots transpirent le chagrin et ça me broie la gorge.
    Je ne pense pas que ça soit forcément judicieux de t’encourager à croiser les doigts, en vue des circonstances, alors je te souhaiterais simplement de ne pas trop souffrir. Même si je n’y crois qu’à moitié. Parfois, il n’y a pas grand-chose à dire, il suffit d’essayer d’être là.
    Ne renonce pas au bonheur, quoi qu’il se passe, monsieur.

  • physalis

    Bonsoir..
    on s’est croisé une fois, pour justement l’anniversaire de la demoiselle, juste pour zombifier des gens.. mais ej te lis regulierement, depuis longtemps. encore une inconnue qui pleure pour toi.
    Tu a de la chance, parce que faire les choses une derniere fois en sachant que c’est la derniere fois, ça arrache le coeur par le nez, douloureux a se ratatiner pendant des mois.
    on est tous passés par la. et ça fait autant mal a chaque fois. y’a pas de recette magique, meme le xanax fonctionne pas. faut ouvrir les yeux, le nez, la bouche, apprendre a nouveau a respirer, a jouer, a marcher. marche bien, car meme de loin, tu est quelqu’un de genial.
    et tu va marcher tres loin.

  • Ori

    Mon cher Monsieur Lâm, je fais partie de ces lecteurs silencieux. Et comme les autres, je suis attristée de lire ton malheur. Beaucoup de mots ne feront pas grand chose, mais le temps si. Tu vas continuer d’avancer. Bon courage sur ce chemin.

  • Eldane

    C’est très dur a lire, surement insupportable a vivre. Pour la première fois en 3 ans que je te lis je ne t’envie pas …
    Bon courage pour la suite, et prend soins de toi ~

  • Dollylo

    J’ai connu la douleur de la rupture, de l’autre qui part pour une autre personne, les larmes permanentes, l’envie de rien… Et depuis, je suis devenue cette femme forte, froide, aux choix définitifs et non négociables que tu décris, celle qui ne laisse pas de place à la négociation. Parce que ça me protège, évidemment. Mais en lisant ton texte, je me dis que la prochaine fois, je tacherais d’être moins dure, moins tranchante face à la personne en face de moi…
    Bon courage, la route est longue mais finalement on s’en sort….

  • http://onvapasenfaireunplatpenny.blogspot.fr/ oaule

    226 commentaires…pas sûr que tu lises un jour le mien…tant de messages de soutien.c’est fou comme derrière un écran, sans avoir jamais vu l’auteur, on peut se sentir proche de lui, on comprends, on sait ce que sait d’avoir mal au plus profond de soi.
    la douleur de voir qu’on est pas la bonne pour lui, que c’est une autre qui le fait vibrer…malgré toute l’énergie qu’on a mis pour attirer à nouveau l’attention, comme un feu de détresse gigantesque! A chacun sa chacune. Gabrielle d’anunzio a dit “arme la proue et cingle vers le monde”…jte conseille de suivre cet adage, sur la Route, on rencontre beaucoup de monde et un jour, au hasard d’un virage tu LA trouve.Simplement, comme une évidence, comme si vous aviez déjà passé 20 piges ensemble et là, sans renier toutes les histoires qu’on a pu avoir , on se dit dans la tête, quand on sent l’odeur de sa nuque, alors qu’il dort encore “putain qu’est ce que je serais devenu si jl’avais pas connu”…puis tu sombres encore un peu dans le sommeil, parce que c’est dimanche et que dimanche c’est American Dad sur NRJ12 avec lui+les croissants. <3 be brave.

  • La Mouette

    On ne se connaît pas. On ne se connaît, mais on vit la même chose.
    Alors Lâm, je ne sais pas si ça ira mieux et quand ça ira mieux. Je ne sais pas, mais j’imagine que ça arrivera un jour. J’imagine qu’un jour on pourra s’endormir en souriant et se réveiller sans pleurer. J’imagine qu’un jour on pourra de nouveau vivre, sans ce poids dans le coeur et cette barre dans la tête. On pourra sortir, rire, lire. On pourra faire tout ça sans ce bruit de fond, sans cette douleur tapie derrière chacun de nos mouvements. Ça arrivera, Lâm, ça arrivera, j’espère.
    En attendant… Je ne sais pas quoi te dire… A part que tu n’es pas seul, que d’autres souffrent aussi et que d’autres sont prêts à t’aider.
    Prends soin de toi, tu en as besoin je pense…

  • http://2012fait-le-trottoir.blogspot.fr/ Alphonso le Matelot

    Je pourrais te dire comme tout le monde que ca va passer, que le temps va tout effacer… Et d’ailleurs c’est vrai ! Un jour tu raconteras cette histoire aux enfants que tu auras avec une autre femme de ta vie… Et ca restera une belle histoire, celle où tu as aimé à en crever ! Et tu aimeras même encore !

    En attendant, je t’expose ma théorie… Tout ça c’est 2012 ! La fin du monde, l’ambiance de merde, la pluie en mai ! Tout ça c’est l’année de la lose, de la bouse…!

    Disons qu’il te reste 253 jours à tirer… en 2013 ça ira mieux !

    Keep fire

  • http://@yodinhi Yodinhi

    J’ai posté ça sur mon FB en partageant l’article. Donc au cas où, puisqu’un c/c ne coûte rien. Mes meilleures pensées, vraiment.

    “Parce que je pense que ça plaira à du monde, que ce texte est beau et fout une baffe, que beaucoup de monde y trouvera des similitudes avec ce qu’il a vécu ou ce qu’un ami a vécu. Qu’on pense forcément à des gens en le lisant.
    Qu’on évite de faire l’amalgame, je n’ai pas vécu ça. Le mec a 300 coms dessus, dont beaucoup qui disent la même chose, il me lira pas. J’ai pas vécu exactement ce qu’il a vécu, loin s’en faut, mais yavait aussi beaucoup de trucs très proches. Je suis content d’avoir surmonté ça, ça m’a apporté beaucoup, il n’y a pas grand chose que je regrette si c’était à refaire. Et j’envoie mes pensées à ce mec qui va en chier quelques temps, en lui souhaitant d’en tirer autant que ce que ça m’a apporté. Et, plein de mois après, je remercie tout ceux qui ont acteurs, ou été là de près ou de loin, ça fait quelque temps que je l’ai pas dit et je dois beaucoup à tout le monde.”

  • http://www.nfkb0.com nfkb

    Le temps gomme beaucoup de choses… Ça va être difficile mais tu vas y arriver ! Tu as encore beaucoup de missions à mener sur cette planète ! Potes famille, ne pas être seul. Courage :-) hugs

  • Black Panda

    Soigne-toi bien Lâm, et laisse les loutres te soigner.
    En voilà une pour commencer.
    http://attackofthecute.com/on/?i=5010
    Bon rétablissement !

  • H3

    Wow… Tu as réussi à faire pleurer 50% d’Internet… Magnifique texte, rempli d’émotions, et qui plus est dans lequel on est nombreux à pouvoir se reconnaitre…

    Courage à toi.

  • Flora

    *bip*

  • tom

    Après François Morel ce matin (http://www.franceinter.fr/emission-le-billet-de-francois-morel-papa) , une deuxième larme m’est venue ce soir. Bip

  • Giò

    Quand on fait preuve d’une telle compréhension, d’une telle lucidité et d’une telle force dans un moment comme celui-là, quand on est capable d’Amour, il faut se rendre à l’évidence et admettre que des deux, celui qui est devant, ce n’est pas elle, c’est toi. Incontestablement.

  • K.

    Je te suis depuis des années. C’est mon premier commentaire.
    Ce post m’a ému. Mais pas que. Effrayé aussi, un peu. Je ne te connais pas, mais ton couple semblait “parfait”. Je suis en couple depuis bientôt 5 ans avec la même fille, tout semble aller pour le mieux, et pourtant, je ne parviens pas à expliquer cette violence avec laquelle ton témoignage m’a atteint.
    Je ne peux que compatir. Vraiment, je te souhaite du courage, en espérant que tu te remettes de cette épreuve. Et que ta santé suive.

    bip.

  • http://www.hommeattitude.com/ Erwan

    Quelle histoire. Merci de partager tout cela. C’est assez dingue de voir un tel récit. Bon courage.

  • http://30smthng.wordpress.com/ ytriht

    La possibilité d’un mieux.

  • Julie

    +1 pour la Théorie 2012!

  • http://jnana.canalblog.com brume electrique

    so so so sad
    j’ai cependant l’impression à te lire que ton “auto thérapie” est très efficace!
    ne garde que les bons souvenirs et relève toi pour avancer maintenant dans Ta direction (si je peux me permettre ce conseil alors que l’on ne se connait pas)
    xoxo

  • http://damediaphane.blogspot.fr Dame Diaphane

    C’est toujours un peu fou d’arriver sur un blog, de trouver un texte si long qui raconte tellement de sentiments magnifiques et désastreux à la fois. J’ai bien envie de poser mes valises ici parce que ce texte m’a tellement touché que c’est presque impossible de ne pas commenter.

  • Perrine

    Tu es une personne magnifique.
    Sois fort Lam,

    Je t’embrasse.

    Perrine

  • Gazole
  • Régis

    C’est aussi bien écrit que c’est triste…

    Bon courage

  • Cécile

    Je te souhaite de parvenir à garder en mémoire et en toi la beauté de cette histoire tout en te souvenant de l’intégralité sans en ressentir les émotions négatives de t’en délivrer pour pouvoir en sortir grandi et plein d’espoir parce qu’au final c’est toujours une chance d’avoir vécu un amour et une histoire si intenses. On peut se dire qu’au moins on l’a vécu une fois dans sa vie et que c’est toujours possible, autrement, surement plus sereinement…, là ou d’autres n’ont peut-être même pas idée qu’il soit possible d’aimer ainsi…
    Take care

  • amilys

    Aucun commentaire sur le texte (écrit avec les tripes) mais peut-on avoir la référence musicale de ton clip ?

  • christophe

    Qu’il est triste mon triste empire
    Qu’il est triste sans toi
    Quel océan, vers quel abîme
    Dis-moi où mène ce chemin
    Où tu n’es pas
    Car si l’on ne meurt pas d’amour
    Je peux te dire qu’il est certain
    Qu’on meurt de toi

  • adeline

    un premier commentaire après plusieurs mois à te lire…
    j’ai mal pour toi.
    mais tu te releveras comme tu l’as déjà fait je te fais confiance pour ça.
    ce n’était juste pas la bonne personne et tu t’en rendra compte un jour.
    j’espère que ce post et tout le soutien de tes lecteurs t’aideront à avancer.
    courage.

  • crao

    tu sais, on s’en remet toujours. ça prend qq jours, semaines ou mois, mais on s’en remet…

    bon courage c’est pas facile. c’est un bel hommage en tout cas…

    :)

  • oli

    Après 150 commentaires empathiques mais absolument déprimants j’imagine que ça va mieux !

    Si la rupture est dure c’est que l’histoire était belle. Ce que tu as vécu est en toi, gagné pour toujours, personne ne le reprendra. Continue de construire, continue de prendre ce risque insensé d’aimer à la folie.

    Une lectrice anonyme parmi tant d’autres…

  • S2LAB

    De même que beaucoup de personnes ici, je fais partie des lecteurs/trices d’habitude silencieuses…
    Mais ce “post” est tellement puissant… La sensibilité (et accessoirement l’introspection) est une ENORME qualité, et non un défaut, elle n’est pas “donnée” à tous. La société actuelle tend tellement à écraser les personnes en détresse…
    Je te souhaite beaucoup de courage pour affronter et vaincre cette douleur physique et mentale, car une sortie positive est toujours possible ! Oui, toujours !

    Et voici un petit strip’ tragi-comique de 9GAG pour illustrer la chose… Ce n’est pas ce que l’on croit !
    http://9gag.com/gag/4010992

  • Mopiko

    Une impression de déjà-vu. Déjà-vu derrière tes yeux, avec bien plus de colère. Tellement que j’en ai encore à exprimer si je le revoyais. Déjà-vu derrière les yeux de Justine aussi. Les deux rôles sont durs. Tu ne l’oublieras pas. Elle ne t’oubliera pas non plus. Mais vous avancerez. Tu ne trouveras pas mieux, ni moins bien. Tu es maintenant différent. Tu trouveras autre chose à partager auprès d’autre(s). Ce sera toujours votre si-jolie-histoire. Tu en es sorti changé. Et tu en vivras de nouvelles. Merci pour ce post. Je vivais avec ma colère qui reste depuis que j’ai été toi et ma culpabilité toujours là depuis que j’ai été elle. Je vois tout ça autrement maintenant. Je t’embrasse et te souhaite de te relever, de revivre, de t’emballer de nouveau.

  • Marz

    J’avais écris un tas de merde de compassion mais en fait BIP
    Ce n’est qu’une piéce du puzzle de ta vie que tu viens de placer, keep playing for the big pictures Bro !

  • Zana

    Premiere fois que je te lis avec ce post. Et première claque… j’ai bien pleuré car je vis la même chose en ce moment, mais de l’autre perspective… je n’ai pas encore pris ma décision par contre, mais il me dit la même chose que toi: “J’ai l’impression que tu résouds tout de ton côté”.

    J’essaie de lui laisser la place pour me répondre, me redonner confiance. Mais c’est vrai, je sens que je suis déjà partie… j’ai déjà envie d’un ailleurs.

    Tu avances aussi, et tu vas retrouver ton envie d’autre chose, de quelqu’un d’autre… d’ici là courage, respire.

  • Slamm

    je me posais aussi la question; c’est aruarian dance, de nujabes

  • V

    salut mon gars !

    Je vais avoir du mal à t’envoyer du positif… parce que oui ! ça va être très dur. En fait tu es en train de mourrir. Certains coms disent que ce n’est pas un deuil. Rien compris ! Tout est mort. Ce n’est pas un deuil, c’est MILLE deuils. Ton amour, ton estime, ton avenir, ton plaisir, ton rire, tes larmes, tes sens… tout est sec, sec, sec ! A l’image de ces paysages étatsuniens arides dans lesquels tu la photographiais.

    Tellement sec que bientôt tu n’auras plus de larmes à chialer (si ce n’est déjà le cas) ! Après tu vas dégueuler de douleur. Au sens strict du terme ! Parce que le corps est balaise… plus de flotte, pas un souci pour lui : il trouve toujours une autre façon d’évacuer, de s’exprimer. Et c’est crade, et c’est moche, et c’est dégradant à souhait !

    Dans mon cas, pour me réhydrater j’ai commencé à boire. Plein. De l’alcool toujours et encore. Conjurer la sécheresse par la noyade. Et s’y complaire. (si tu pouvais éviter cette étape).
    Plus de 8 ans et demi d’amour (les 1/2 sont très importants dans ces cas là) ; il fallait bien 7 ans d’alcoolisme et de déchéance puis 2 ans de batailles pour revenir à la surface. On n’est pas entier mais ça ne se voit pas physiquement. Tout le monde est content ! Mais nous on le sait bien.

    Les amputations sentimentales sont tellement perfides, hypocrites et injustes, qu’elles ne laissent pas de traces visibles. Saloperies ! On se met à rêver d’un vrai accident (de ceux qui défigurent), d’une belle très grave maladie… Là OUI ! Là on aurait un ennemi identifié. Et des médecins, des rééducateurs, des opérations, des greffes… que sais-je !?

    Seulement, NON ! Nous n’avons droit qu’à des “bon courage”, “le temps fera son travail”, “c’est la vie”… Putain ! Merde ! Que foutre de ces conneries ! Sans doute ces gens n’ont-ils jamais été amoureux. Dommage pour eux ! Ou alors ils mentent… Ils mentent délibérément croyant aider à faire passer le poison. Mais ne savent-ils pas que le poison, par définition, ne se digère pas !?

    Salut ! Souffre bien Lapin…

  • Ckone

    T’es un mec bien lam… Pour ton ex copine je lui dirai que dans la Vie : “Tu sais ce que tu perds mais tu ne sais pas ce que tu gagnes”…

  • Adgallouche

    Tant de vies à vivre dans une seule vie!
    Courage mecton!

  • http://www.frandroid.com Ulrich

    Courage Mec !

  • tadaaa

    Au fait Lâm, je t’aime bien tu s

  • tadaaa

    Au fait Lâm, je te l’t’aime bien.

  • tadaaa

    Au fait Lâm, je te l’ais pas dit mais je t’aime bien.

  • Denevrian

    Je crois que comme la moitié des gens j’ai pleuré en lisant ton texte.

    Hugs

  • pisuke

    je n’ai pas pu tout lire ça ravive des émotions et souvenirs …
    je relirai tout plus tard…
    ne t’en veux pas tu n’y es pour rien, dis toi que c’est comme ça, un point c’est tout
    tu ne lui en veux pas non plus et tu as raison
    peu être que c’est la meilleur fin (aurais tu pu en supporter une autre …)

    j’aurai envie d’en dire plus mais la vie continu aujourd’hui je suis marié et ai une fille de 7 mois, pourtant j’ai eu 4 ans de gros doute …
    ….a+

  • Zeephir

    Cela fait longtemps que je n’étais pas passée sur ton blog, et encore plus de temps que j’avais commenté. Le travail, la vie, tout, m’avait éloignée de mes internets.
    C’est stupide, c’est vraiment stupide, mais je suis en larmes devant mon écran. Je ne te connais pas, mais j’ai mal pour toi, je pleure pour toi, un peu Bridget Jones également sans doute. C’était une jolie histoire, une bien jolie histoires avec ses ombres et ses défauts que tu te prends en pleine figure.
    Je me rappelle de ces photos faites lors de voter premier road trip, ce sont tes photos qui m’ont donné envie de faire le mien, en couple également, c’est un projet qui nous tient à coeur. Et cette réinterprétation que tu fais de ce projet m’achève.
    Pas de blabla ou des phrases inutiles, prend-soin de toi, tout simplement.

  • http://www.chezgabi.wordpress.com Gabrielle

    le meilleur reste (heureusement !) toujours à venir :-)
    Ce qui me fait tenir maintenant c’est avoir confiance en la vie, en mon parcours et me laisser guider, expériences après expériences sachant que ce sont elles qui nous font grandir et évoluer humainement et ce pour le meilleur XXX

  • http://410h4.tumblr.com _rem

    Ne t’arrête pas d’aimer.
    Bien à toi.

  • tandm

    J’ai lu, relu, rerelu ton texte et les commentaires.

    C’est un deuil, une page qui se tourne et on se retrouve avec l’angoisse de la page blanche à se dire “mais m… je vais pas y arriver, c’est trop dur, je sais pas faire ça”. Alors on se force à sourire, à avancer en mode zombie, parce qu’on n’a pas le choix et qu’il faut sauver les apparences.
    Et un jour, on se surprend à sourire…

    Tu en baves, mais tu es entouré de personnes positives, ta soeur, ta famille qui t’aime.
    Bon courage.
    Mel

  • Meadow.

    L’article le plus émouvant et le plus touchant que j’ai lu de ma vie. J’ai vraiment eu envie d’éclater en sanglots comme toi. Et tous les autres commentaires résument très bien ce que je ressens.
    Avec ma vie sentimentale toute pourrie, impossible de ne pas éprouver une compassion sans limite.

    *ULTRA BIP*

  • v

    Courage.

    Pour toi qui aime la danse (rien ne t’empêche de faire la même chose dans ton salon..) :
    http://youtu.be/7iPNy_R9qsw

  • Alex

    Je te lis depuis longtemps mais ne laisse jamais de message. Je ne pouvais pas passer sur celui ci sans rien écrire.

    Tu n’es pas la victime, gueule un bon coup, regarde un coup dans le rétro une dernière fois et fonce, les meilleurs souvenirs sont aussi devant.

  • http://www.terrapixela.fr Terra

    Lâm, je pense fort à toi.

  • http://kiripowa.boomove.net/ kiri

    Hey, comment ça va ?

  • http://delirium.sanhly.com Sanh

    BIP.

  • HollyBull

    Si je passe au streetclub, on fera un mirror match de Dan, tu peux pas test, c’est le meilleur remède

  • Mamie Sophie

    Si je te connaissais, si je te côtoyais, je ne dirais rien et te prendrais seulement dans mes bras.

    Parce que là, tu vois, y’a rien à dire. Je voudrais pouvoir dire ”courage/ca va aller/laisse le temps au temps…” mais non, ça sonne creux.
    Tu vas en chier. On en chie tous. Mais un jour, quand on sera guéris (si on guéris un jour..), on sera plus beaux. Et peut-être plus forts.

    Moi j’ai quitter l’homme que j’aimais parce que je me suis rendue compte que l’amour ne suffit à faire vivre un couple. J’ai rencontré quelqu’un juste après. Pas prévu. Amour en pleine face. Vraiment vraiment pas prévu. Ca va faire 2ans, je vis maintenant avec ”le nouveau”.

    Et pourtant, je suis au bord des larmes quand je vois quelqu’un avec une polaire verte, j’ai les oreilles qui bourdonnent quand je rencontre quelqu’un qui porte le même nom que lui, j’ai mon coeur qui saute un ou deux battements quand quelqu’un me parle de lui.

    Et pourtant, c’est moi qui l’ai quitté. C’était il y a 2ans.

    Alors, non, pas courage, pas ça va aller….

    Tu vas en chier. Longtemps.
    Mais tu sera pas tout seul.
    Tu auras quelqu’un et peut-être même quelques uns pour te prendre leurs bras, rien dire assis sur un canapé, s’asseoir sur un banc et prendre un café. Pleurer avec toi. Un peu.
    Tu seras pas tout seul.
    Je te promets.

  • Mamie Sophie

    Et puis j’ai fait plein de fautes de grammaire et d’orthographe. Parce que ça me tourneboule toute cette histoire.

  • Three piglets

    Salut,

    Je crois que pas mal de choses nous séparent, Mr Lam, mais cette histoire, la tienne, est universelle, je veux dire cette douleur indescriptible suite à une rupture subie, que tout homme a ressentie un jour ou l’autre et qui abat même les plus endurcis d’entre nous.
    Des conseils ou des encouragements? Il n’y a pas vraiment, car les mots ne suffisent plus à contenir l’infini des sentiments éprouvés et leur intensité.Ici, la solitude face à la douleur, cette impression que le monde, le sien, s’écroule littéralement.
    Il y a que drame la dedans.

  • http://themeth90.wordpress.com/ themeth90

    Bon courage à toi, seul le temps atténue la douleur.

  • migyn

    Gros *BIP*
    Une pensée émue qui s’ajoute aux centaines d’autres.
    Take care.

  • Keffer

    Tortured Soul – I Might Do Something Wrong (Osunlade Lonely Mix)

  • http://@phoquelesysteme Kiddie

    Dis, tu reviens ?

  • MlleMcn

    “Je sais”.” J’ai vu”.” J’ai rêvé”.

  • http://www.familledegeeks.fr/ Steph

    Comme beaucoup, je poste ici pour la première fois. Comme beaucoup, j’ai été touché et même un peu plus par ton récit. Comme beaucoup, je sais que ca ne te rendra pas moins triste ou moins malheureux mais comme beaucoup j’éprouve le besoin de te manifester mon soutien. Courage mec.

  • Gwen (la Muse)

    Quelle triste mais magnifique déclaration…Tous mes souhaits pour ce nouveau départ.

  • TOUFURE

    Sanka t’es mort?
    Désolé…

  • Tooty

    J’ai été extraordinairement touché par cette histoire, au point d’en pleurer. Je ne peux m’empêcher de pense à ta douleur, à toi, même si je ne te connais qu’à travers ton blog, que je suis maintenant depuis longtemps.
    Et bien que ce ne soit que des mots, je souhaites de tout mon coeur, à cet instant présent, que tu trouve en toi le courage d’avancer, de te battre contre ces injustices si douloureuses.

    Lâm, sois fort.

  • Stoufinette

    Ouch … c’est très émouvant. Merci du partage. Tes mots, ton histoire résonne en chacun de nous, car nous connaissons si bien les états que tu décris. J’espère que cette histoire, si belle, si forte te permettra de tourner la page pour de bon. En beauté. Puis avancer.

  • http://www.littleparisienne.com Little Parisienne

    Je sais pas quoi dire de plus que les 245 commentaires précédents. C’est bête mais je tiens fort à toi alors qu’on ne se connait pas.
    Alors courage pour ce tunnel, ce sera long et dur mais tu vas en sortir.
    Et si je peux me permettre, n’idéalise pas trop J. A lire ton billet, j’ai l’impression qu’elle ne possède pas le 10eme de ta sensibilité…. Ces personnes qui paraissent si fortes, indépendantes sont, dans la grande majorité (à mon avis), des égocentrique majeures. C’est facile de jouer la fille désolée une fois que tu as bien foulé au pied pas mal de choses (c’est valable également pour les mecs, hein!). Evidemment les coups de coeur ne se commandent pas, mais d’autres choses, si.
    Big hug.

  • Estelle

    Ton texte est magnifique.
    Ton choix des mots est tellement juste.

    Je te souhaite tout ce que je peux de meilleur.

  • http://www.musha.fr/blog Musha

    Whoua putin.

  • Clara

    J’ai pleuré en lisant tout ça. C’est tellement beau, bien écrit, mais tellement triste! Ca peut paraitre bizarre mais je partage ta peine, je ne te connais pas mais j’aurais aimé que ça dure et que ça s’arrange, je suis sincèrement désolée… =(
    Courage, c’est facile à dire mais courage!

  • lolo

    http://www.youtube.com/watch?v=PV6lmEQ4FP8
    Elle peut pas être heureuse dans les bras d’un apache.

  • http://www.hihu.fr HiHu

    Les mois à venir vont surement être horribles mais on n’est jamais seul et petit à petit tu arriveras à te reprendre.. Bon courage :/

  • http://www.hihu.fr HiHu

    D’ailleurs en lisant ce post, cela m’a fait penser à ma première rupture “sérieuse”.. il y a quelques années de cela.. à l’époque, je pensais que plus rien ne serait possible avec quelqu’un d’autre, que je n’arriverai pas à aimer quelqu’un autant, que je ne revivrai plus de bons moments etc.. rassure toi, petit à petit on vient à bout de ces moments de merde et on rencontre la femme de sa vie.. aujourd’hui je guide mon fils de 14 mois pour faire ses premiers pas.. courage courage courage

  • http://www.gamingsince198x.fr kwyxz

    C’est suite à quelques uns de tes derniers tweets que je me suis dit “je suis pas sûr de piger, mais y’aura certainement quelque chose sur son blog”.

    Eh bah putain.

    Bro hug par-delà les océans, mec.

    Bip.

  • anne-c

    Est-ce que la destruction est vraiment le passage obligé ?
    Le phoenix…
    Les muscles après le sport
    le chagrin d’amour…
    Tout renaît…
    En plus fort, je ne sais pas, mais moins naïf….

  • Emi

    Je ne sais pas si tu (je me permets le tutoiement) lis toujours les commentaires de ce post. Mais Merci d’avoir mis des mots sur des maux. même si je ne souffre plus, lire les choses que j’ai pu ressentir ça fait du bien…

  • Emi

    le 301… ça sonne bien…

  • http://about.me/cazuryt caz

    Cela faisait quelques semaines que je n’étais pas passé. J’avais lu le premier billet, je m’y étais retrouvé.

    Alors ce soir, ce billet m’a rappelé beaucoup de choses pas très agréables, mais que je ne regrette pas car ce sont elles qui m’ont formé, déformé, amélioré, fait avancer, muri, versé toutes les larmes de mon corps, brisé des objets que j’aimais et finalement aimé cet amour et cette vie que j’avais eu avec Elle.
    Il y a désormais une autre Elle, mais c’est différent, le temps dira la suite. Mais j’ai peur de vouloir trop la changer, de ne pas supporter sa famille exécrable dans son comportement.

    Je te suis depuis quelques années. On ne se connait pas, on s’est croisé parfois. J’ai filé quelques fois des coups de mains. The Trail m’avait enthousiasmé et donné des envies de voyages. Alors ce soir, quelques grosses larmes ont coulé pour toi, silencieusement.

    C’est une belle histoire cette vie.

  • Alban

    Keep faith dude

  • vicelow

    … j’arrive après la bataille, et devant un tel post je me dis deux choses : “Merde”, j’ai pas posté sur le moment, et le de deuxième ce sera “técouille” comme on dit chez moi (petite coupure, un mec du boulot vient de me parler). Je reprends.

    Ecrire ça sur un blog et de cette manière… chapeau. Je ne suis pas vraiment sensible ni mielleux mais là tu es arrivé à faire le funambule : Rester et tenir sur la corde sensible, ma corde sensible.

    J’aurais plein de belles choses à écrire si j’en avais le temps, si mon cerveau me permettait de les sortir dans un ordre précis avec une prose correcte… et surtout si le patron ne regardait pas mon écran.

    En tout cas j’aime quand tu décris l’amazone, la douleur, la solitude. Et si je vis la même chose (j’ai aussi une amazone dans ma vie), je ferais un copier coller de ce texte (ps à moi même : penser à faire un blog aussi). Je te rassure, je changerais le prénom.

    En tout cas, peu importe les femmes qui te portent ou qui te quittent, il n’empêche que t’es foutrement bon dans ce que t’écris.

  • http://www.yohangonzalvo.com YohandR

    Facile de donner des conseils quand on est juste spectateur, je te souhaite néanmoins du courage pour la période à venir.
    Même si je ne me fais pas de soucis pour toi, t’es pas moche et tu as un cerveaux qui fonctionne très bien, tout pour réussir.

    BIP.

  • http://allons-y-alonzo.blogspot.com/ Pham van xua Deborah

    Je découvre ton blog et je lis ce post. Je le trouve à la fois beau, simple et impudique. Il y’a quelque chose de féminin et d’authentique dans tes mots. La dernière phrase du post et la série qui s’en suit ont eu le don de me saisir. Me saisir d’émotions. Expose, fais quelque chose de cette série! ;)
    Juste, j’ai envie de rebondir sur la question de la fidélité que tu évoques. ” Personne n’est 100% fidèle”. Je ne suis pas d’accord. Biensûr qu’on peut s’égarer en pensée vers d’autres personnes. Biensûr que le désir omniprésent ne se commande pas et qu’il peut se coller sur n’importe quels objets. C’est juste naturel, banal. Mais le fait de ne pas acter, c’est sa la fidélité ; en mon sens.
    Contente de découvrir ce blog.
    Deb

  • http://allons-y-alonzo.blogspot.com/ Pham van xua Deborah

    Je découvre ton blog et je lis ce post. Je le trouve à la fois beau, simple et impudique. Il y’a quelque chose de féminin et d’authentique dans tes mots. La dernière phrase du post et la série qui s’en suit ont eu le don de me saisir. Me saisir d’émotions.
    Juste, j’ai envie de rebondir sur la question de la fidélité que tu évoques. ” Personne n’est 100% fidèle”. Je ne suis pas d’accord. Biensûr qu’on peut s’égarer en pensée vers d’autres personnes. Biensûr que le désir omniprésent ne se commande pas et qu’il peut se coller sur n’importe quel objet. C’est juste naturel, banal. Mais le fait de ne pas acter, c’est sa la fidélité ; en mon sens.
    Contente de découvrir ce blog.
    Deb

  • http://www.pullmarine.fr Pauline

    Quelle puissance dans tes mots… J’ai les larmes aux yeux, au travail, devant mon écran! Bon courage pour cette période… Nous avons tous vécus, plus ou moins, un chagrin d’amour… Il suffit d’être bien entourés et tout ira pour le mieux :)
    Pauline

  • Hawkking

    Emouvant, embuant, juste, fort et triste !

    Courage.

  • http://theriviera.tumblr.com Anna

    Mon coeur a chaviré en entendant cette Aruarian Dance.

  • http://www.monsieurlam.com Lâm

    “This is the elevator music, while ascending to heaven.?”

    Merci pour tous vos commentaires. j’ai du m’arrêter à un moment car je dois “bouger”. Mais j’ai mis un marque-page sur les derniers.

    Des bises, 4, à tout le monde.

  • Krisboun

    Ca fait quelques années que je te lis, c’est la première fois que je t’écris…
    Il y a quelques temps j’ai vu ton post où tu parlais de ton couple et j’espèrais sincèrement pour toi que les choses s’arrangent.
    Un passage de ton récit me rappelle une partie de mon histoire, mon ami m’a quitté (pour une autre…) alors que notre bébé venait de naître. Il y a mieux comme départ dans la vie, mais il y aussi pire.

    On te dit d’oublier, ce qui n’est pas possible. Avancer et relativiser oui, mais avec le temps. Seul le temps peut apaiser la douleur…
    On se remet de tellement de choses insuportables, donc ça ira mieux crois moi!

    Bon courage

  • Sam

    Ton histoire m’a tellement rappelée la mienne que ton paragraphe sur les “dernières fois” a réussi à me faire pleurer bêtement devant mon PC, même 7 mois après la rupture en question :) L’éloignement progressif, les sentiments qui changent, disparaissent, l’impression d’être à la fois responsable et impuissant face à ces décisions qui vont trop vite… Et enfin ce “je ne t’aime plus” qui reste comme une blessure impossible à cicatriser et qui résonne pendant des semaines…

    Merci d’avoir partagé ça, et bon courage pour la suite, ce n’est vraiment pas une période facile mais on finit par s’en sortir, avec le temps…

  • Nannig

    Putain c’est beau.
    C’est peut être pas ce que tu as envie de lire à cet instant mais ce texte est magnifique, bien écrit et poignant.
    Et bon courage pour la suite.

  • Jean

    Lam, la première étape pour aller mieux, c’est de retirer ce texte ! C’est en toi que tout se passe, c’est en toi que sont les réponses. Je comprends le réflexe de se livrer, écrire ces lignes t’a sûrement fait beaucoup de bien mais vois-le comme une injonction à toi-même, c’est tout !

    Les autres. Les autres ne pourront t’aider qu’en te montrant l’exemple d’un bonheur simple et accessible. Tous leurs mots ne serviront à rien tant que tu ne domptes pas ta douleur

    Plonge-toi au fond de toi-même et fais face. Dans quelques mois, quand tu auras fais le clair entre ce qui t’appartient, ce qu’elle t’a donné, ce que tu lui as donné, alors il sera temps de nous écrire ton plus beau texte. Pour l’instant, cette douleur est trop vive pour donner lieu à une démonstration publique.

    Avec toute mon estime,

  • http://hugo-pereira.fr Hugo

    Bon courage Monsieur Lâm ! Et si t’as besoin de voyager, tu peux venir faire un tour à Montréal, on t’accueillera les bras ouvert.

  • Cilou

    Merci de partager ça. Il m’arrive une chose analogue. Sans vouloir comparer quoi que ce soit, ça m’a fait du bien de te lire. Pour ces mots, merci

  • Marion

    Merci pour ce post qui fait des echos en moi aussi.
    Pour l’instant… survivre.

  • joull

    bizzz Lam, le bout du monde si tu veux à une chambre de libre .

  • Alice

    J’ai dû m’arrêter à mi-chemin dans ton texte pour ne pas éclater en sanglots pour de bon.
    Bon courage Lâm!

  • http://www.larmurerie.fr AdH

    Un petit mot ému pour ce billet touchant.
    J’ai été dans le mensonge, je n’y toucherai plus. Bon courage à toi :hug:

  • Laura

    Tu m’as mis les larmes aux yeux. Tiens bon Monsieur Lâm ! ( au passage ton blog est super chouette ! )

  • Amélie-Marie

    Je découvre ton blog au hasard. Je lis, un, deux, trois articles et je suis aspirée par ce blog intéressant et franchement bien écrit. Et blam.

    Et je crois que j’ai lu le plus bel article du web.

    Le plus triste, d’une force incroyable. Ça m’émeut et me touche beaucoup ton histoire. Cette écriture est juste poignante.

    Je te souhaite de te remettre, d’avancer, parce que tu te le dois, parce que c’est la vie.

  • Bigo

    Voilà un moment que t’as exorcisé. enfin un moment, c’est relatif. Pour toi le temps est une spirale.
    Tandis que tout le monde te dit de t’accrocher, de ne pas t’en faire, compatissent au point que t’aies envie de leur dire d’aller se faire…
    Bah ouais, la vie est dure. Alors tu vas faire ce que toute personne non lâche fait, ce qui ne la rend pas courageuse pour autant. Tu vas t’occuper l’esprit, le remplir de choses plus ou moins totalement inutiles. Tu vas remettre en question ton physique. Mince ou gros, peu importe, l’objectif n’est pas de plaire, ça tu t’en fous. Nan l’objectif est de faire mal à ton corps pour que ta tête oublies la douleur que provoque cette idée qui tourne en boucle en elle. Ton cerveau est devenu un périphérique, chaque porte te ramenant à la même voie sans issue avec son image. Le temps efface certes, mais comment effacer ce qui se répète à l’infini hein?
    La musique va t’aider, elle a ce côté magique. En ton être une sorte de Mister Hide va vouloir émerger. Tu souffres alors les autres aussi. Mais qui faire souffrir? difficile de choisir.
    Les projets que tu t’imposes comme ce sport que tu critiques autant que le pratique, c’est ce qui va extirper ton âme de ton enveloppe corporelle. C’est injuste, elle trinque pour le reste.
    Ton tunnel va être interminable. Sombre, long, oppressant. Cherche pas l’oxygène, l’atmosphère n’existe pas encore dans ce monde dans lequel tu te retrouves. Quelques 2 500 000 mouvements plus tard faisant un contrepied à la mode de la pleine conscience présente sur les lèvres de tous les psy millésime 2012, tu apercevras un rayon bien étrange. T’en auras oublié la couleur blanche de la lumière qu’il projette. Pas de raison, pas de date précise. Ça viendra sans aucun signe annonciateur. Tes poumons vont se gonfler, tes yeux vont s’ouvrir, tes jambes soutiendront ton corps sans broncher. Le temps aura eu raison de ton coeur, ton esprit sera guéri, pour un moment. Au final tu auras compris deux choses par toi même, à mille lieux de ce que ton dernier shooting t’as inspiré. Ce qu’il y a bien avec le virus de l’amour c’est que les symptômes de guérison sont les mêmes pour tous, seule la forme du traitement diffère.
    Mais ce sera plus tard. Entre temps tu as besoin de passer par ces étapes. Pas de tour de magie, pas de raccourcis, on ne CTRL son coeur et encore moins d’ALT F4 pour la raison qui déraisonne. Nan tu prends cher et c’est comme ça. Dans quelques temps ce souvenir un peu flou sera une alerte inconsciente qui saura te rappeler à l’ordre quand tu partiras en sucette.
    Une dernière chose : certains te diront qu’il y a pire dans la vie. C’est faux, ya pas pire. L’amour est immatériel et illogique. C’est ce qui en fait le mal le plus bénéfique. L’amour est finalement la seule religion qui unit les gens. Et comme toute religion, elle provoque la guerre, envers les autres, envers soit même. Mais le propre de la guerre c’est qu’après la destruction, il faut reconstruire. T’as du taf, il te reste à trouver les bons outils…

  • Margaux

    Ça m’est tombé dessus hier soir.
    Ce matin je ne savais plus, alors j’ai tapé “Lam chagrin d’amour” sur mon clavier, et je suis retombée sur cet article.

    Merci.

  • azeline

    J’ai ressenti le besoin de relire cet article cette nuit. Article que j’ai manifestement lu pour la première fois en avril 2012 et qui est resté bien imprimé dans ma tête perdant ces 3 dernières années (ce qui montre à quel point il m’a marqué, je ne sais même pas pourquoi). En tout cas ce soir il ma permis de mettre des mots sur ce que je ressens actuellement. Merci pour ça, tu as réussi à arrêter mes larmes ce soir…

  • http://www.monsieurlam.com Lâm

    Eh beh !

    S’il peut te servir, alors c’est chouette. Je t’avoue ne l’avoir jamais relu, plus tard peut-être.

  • Marabout Said

    Moi je m’appelle Sandrine ,moi aussi j’étais dans le même situation que vous qui avez de problème de foyer, problème avec son ex,problème d’amour ,mais c’est pas facile mes sœurs, et dieu merci j’ai trouver un bon marabout qui m’aider a faire revenir mon mari, et actuellement nous sommes ensemble jus qu’a présent.
    Donc pour vous aidez je vous donne son e-mail directement, tu le contacte, il est tros fort.

    Voici le mail son : marabout said@hotmail.fr

    Merci