BLOG

Immaculée Inception

Culture  •   8 années

Le timing est parfait : c’est un moment entre deux. On vient de sortir d’un film ouvert, le cerveau bouillonne et on s’apprête à se jeter sur Internet pour comprendre, comparer, opposer, enrichir son avis. Mais pas encore. Avant d’en savoir trop, il convient de garder un arrière goût et un avis partiels.

inception

Inception est évidemment de cette race de films qu’il se doit de savourer juste en sortie de salle, lorsque l’on est encore un peu perdu.

…………………………

//PLEASE, DON’T BELIEVE THE HYPE

J’ai deux soucis avec les films de Christophe Nolan. Le premier, sûrement le pire, débute avant le film : c’est sa hype. Depuis Memento, chacune des nouvelles créations du surdoué anglais exacerbe la libido des cinéphiles, souvent à l’excès, The Dark Knight ayant désormais locké à l’extrême cette situation. Et l’on connaît tous le mal que peut faire un bouche à oreille dithyrambique et constant sur un film : on est alors souvent déçu par ce dernier.

On pourrait mettre en équation cette lame à double tranchant de la manière suivante :

cinequation

Et dans le cas d’Inception, “H” devenait critique : j’ai rarement lu, vu et entendu autant de louanges autour d’un film, au point d’en paniquer et de chercher à le voir le jour de sa sortie pour rester frais et objectif, mais non : les séances ultra complètes dans toutes les salles, les files d’attente Dysneylandesques m’ont maintenu en état de siège anti spoil/hype/trailer jusque ce soir, Dimanche. Exténuant.

Du coup, j’ai évidemment été un peu déçu par le film. Qu’on ne me fasse pas passer pour le rebelle de service, j’ai adoré Inception et j’en bouillonne encore. Mais je n’ai pas pu m’empêcher d’en attendre encore plus, c’était incontrôlable. Je n’arrivais pas à ne pas trépigner durant les bandes annonces, attendre que chaque séquence finisse dans le marbre du 7e art. Que chaque révélation me fasse faire un grand huit cérébral. Mais Nolan ne cède pas à mes fantasmes de spectateur sur-hypé. C’est sa qualité, c’est son second défaut.

…………………………

//RAT PACK, MATRIX, RIGUEUR

Le style de Nolan, son talent, c’est parfois ce qui m’embête un peu : une recherche de crédibilité, malgré la nature du scénario, qui rend ses films parfois trop raisonnés, les reboots de Batman en tête. C’est sûrement un mécanisme d’équilibrage lorsque le scénario et la mise en scène sont si vertigineux (Memento), mais du coup, il y a un côté tueur à froid dans l’hystérie ambiante. Inception est souvent brillant, mais souvent froid.
C’est sûr que mélanger Matrix et un Rat Pack à la Ocean’s Eleven demande un sacré sens du manoeuvrage et de la proportion. Et Inception parvient à garder le cap pour nous perdre un peu au final, juste comme il le faut. Nolan ne perdra jamais l’équilibre, quit à me frustrer un poil.

Car il convient tout de même de parler d’Inception, le film. Que dire ? Un travail d’orfèvre, dans le fond comme dans la forme : Structure à tiroirs, cliffhanger final total, casting impeccable (Cilian Murphy, tu me rendras gay un jour), scènes anthologiques tardives mais élégantes en diable, storyboard au timing d’horloger suisse.
On pourra un peu tirer la moue sur les scènes d’action déséquilibrées, mais c’est tout : Inception relève d’une assez propreté effarante, immaculée. Et pourtant.

…………………………

//COMME DANS UN REVE

Pourtant, je repense, et je doute. De certains détails, de la crédibilité et la cohérence du système et des règles du “Dream-Hacking” proposés, appliqués, violés dans les règles de l’art par Nolan et son Cobb. Comme tout le monde, je me refais le film scène après scène pour bien être sûr d’avoir tout compris, pour chercher la faille dans le labyrinthe d’Inception et pourtant, comment serait-ce possible ? Nolan est un mec carré à en redéfinir la notion d’angle droit.
Et en face nous sommes, je vous le rappelle, juste sortis du film. Toujours dans cet état intermédiaire où l’on est encore préservé des critiques et des avis des autres, où nos théories, peut-être éronées, règnent encore sans contestation possible d’autrui. Notre version, réalité fait loi, comme dans un rêve, une parenthèse enchantée. Magie des films complexes et ouverts.

Et au final, je m’interroge encore et encore sur le déroulement miraculeux ou implacable de cette histoire, selon la fin que l’on aura choisie. Et je découvre alors le vrai tour de force d’Inception : Arriver à nous amener à énoncer, de manière ultra crédible, réfléchie et non péjorative, deux phrases siégeant au panthéon de la nazitude narrative :

Mais tout cela n’était qu’un rêve.” et “Ou pas.

Balaise.

inception-2

…………………………

UPDATE : APRES SECONDE VISION

Tiens, on reparle d’Inception. (La première fois, c’était ici)

Je suis retourné le voir pour accompagner ma chérie et lever certains doutes. Globalement, très bonne expérience : Inception se révèle comme prévu l’un des rares films qui gagnent à être revu, au côté de Usual Suspect, The Game, Abre Los Ojos, Cube, Memento et autres Mulholland Drive. Car un revisionnage permet de s’attacher enfin aux détails, questionner la solidité et crédibilité des systèmes mis en place et bien replacer points forts et points faibles.

Dans le cas d’Inception, cette seconde vision m’a apporté plus de plaisir, le film n’étant pas tant construit autour d’un cliffhanger final total mais plutôt sur une structure aussi complexe qu’ouverte, ouverte à la relecture. J’ai donc eu le loisir de modeler tout cela :

…………………………

Les points forts encore plus forts

  • Le rat pack, toujours aussi classe : le combo Gordon-Lewitt – Murphy – Watanabe – Rao – Hardy fait passer Ocean’s Eleven pour une horde de précieuses.
  • Le système du Dream hacking, ses règles, ses subtilités, les manières d’en tirer le meilleur… Sur ce point, chapeau, tout tient debout.
  • Le plan du casse psychologique. Censé, fin, pro, brillant. Et réécoutant leur méthodologie, j’ai vraiment vu un brainstorming utile et non artificiel comme en général.

Les points faibles encore plus faibles

  • Ellen Page m’a semblé toujours aussi “actrice générique” dans ce cast royal. C’eût été une autre que personne n’aurait rien vu.
  • La représentation des rêves par Nolan. C’est vraiment trop froid, réaliste, trop plein de transitions logiques. Pas un rêve classique, quoi.
  • De même, les règles de tricherie dans la conception d’un rêve sont totalement sous-exploitées.
  • Le film m’a paru encore plus trop long que la première fois. Une vingtaine de minutes en moins et c’était banco.

…………………………

Les points forts affaiblis

  • La musique. C’est en lisant vos commentaires que je me suis rendu compte que l’habillage musical était lourd mais surtout bien trop présent. Ce film mérite plus de moments nus.
  • Leonardo Di Caprio. Je me demande pourquoi tout le monde le trouve énorme dans ce film. Du coup, il m’a un peu agacé avec sa moue typique “je cache des secrets et je suis très intense, très entêté”.
  • Les scènes d’action, mais j’en reparle plus bas.

…………………………

Les points faibles anoblis

  • Marion Cotillard. Pas convaincu par sa prestation, je sentais que je tombais surtout dans le syndrome “spectateur français regardant une actrice française dans un film US”. Plus ouvert ce coup-ci, je l’ai trouvé bien intégrée au film, parfaite dans son rôle de projection de la culpabilité, du désir, de la raison.
  • En parlant de Cotillard, la présence de la chanson de Piaf n’est pas un clin d’oeil lourdingue, mais un choix dès le départ, puisque le sample clef du film est tiré de “Non, je ne regrette rien”. Explications des intéressés par ici et preuve par là. Mais tout de même, pour nous ce n’était pas top…
  • La surexplication du système des rêves. Cela paraît trop pédagogiques pour certains d’entre vous, mais vraiment, c’est indispensable.

…………………………

La compréhension de certains points

Pourquoi les héros sont ils exagérément immortels dans leurs rêves ? Cela m’avait choqué un peu tué le plaisir des scènes d’action. Malgré les dizaines de M16, les crashes, les paramilitaires en surnombre et les gardes du corps costaux, la team de Cobb ne semble jamais paniquer et les défait tous avec une certaine aisance, passant entre les balles et les coups, Saito mis à part. Je me demande du coup si ce n’est pas du fait que leur subconscient est également très entraîné et donc, bien plus puissant dans les rêves ?

Les 3 théories finales se tiennent : rêve, pas rêve, mission commandité depuis le début par Michael Caïne… En recoupant les différentes théories et en les appliquant durant le film, je me suis rendu compte que les 3 pouvaient tenir. Impressionnant, même si je penche sur la manipulation de Cobb par son père pour enfin sortir du deuil de sa femme.

Je n’avais également pas très bien compris tous les systèmes entre les rêveurs de chaque couche, l’architecte, qui deverse quel partie de son subconscient etc. Bon, tout tient, c’est chouette.

Le passage des Limbes de Cobb à celles de Saito est assez flou, mais je pense qu’il se déclenche à la mort de la projection de Mall. Cobb ayant fait son deuil, il “abandonne” la propriété des Limbes, qui prennent la forme de la dernière personne y ayant résidé. Du coup, ce serait alors Saito qui serait le “propriétaire” des limbes.

Des réactions ?

  • http://thebestplace.fr LeReilly

    Y’a pas de doute. On entend la toupie vaciller. Clairement.
    Point barre.

    Nolan n’a jamais laissé la moindre place au doute dans aucun de ses films. Jamais.

    Et parler de Nolan sans parler du prestige, c’est moche.

  • http://www.monsieurlam.com Lâm

    Je navigue en plein doute. Mais parce que j’en ai envie et que le film m’y autorise dans une mesure plutôt confortable : la vision fixe et intemporelle de ses enfants, par exemple.

    C’est Michaël Caïn qui a tout manigancé !

  • http://yann-in-nyc.blogspot.com Yann

    A propos des enfants justement, ils sont 4 acteurs a les jouer. 2 jeunes, et 2 autres un peu plus vieux (ceux qu’on voit a la fin du film).

    Ce qui laisse sous-entendre que meme si on cherche a nous embrouiller avec leurs habits, non, ce ne sont pas les memes!

    Quel film!

  • http://www.noside.fr Rémi

    Inception est le premier film que je suis retourner voir une deuxième fois au cinéma. Une deuxième lecture très plaisante.

    Ca ne va pas durer longtemps vu que j’y retourne vendredi prochain !

  • http://alexandre-degardin.blogspot.com/ degardin

    si la touie vacille c’est justement qu’il rêve et que son corps réel subit des perturbations, quand il la lance elle fait de grand cercles, et a la fin tu vois qu’elle s’est stabilisé. Ensuite quand c’est dans le réel, Nolan présente le lieu de maniere general, exemple : ke train vue d’exterieur au début, ensuite vue d’ensemble de paris et vue d’ensemble de mambosa ou je sais plus quoi la, alros que quand il arrive a Los angeles que dalle mec. ya une ellipse de temps, comme dans un reve, son père a lui se retrouve a l’aéroport on sait pas trop pourquoi, ya pas de vrai adieu avec ces potes (meme si c’est aussi par effet de style), et il retrouve sa maison dans les meme condition que dans son reve, meme météo, meme rythme, meme jeu, meme changement de plan… Et un ami ma dit tres justement “mais gros pd si ya plusieurs acteur enfants c’est juste pour les droit qui sont pas les memes” a ca j’ai rétorqué que le film c’est tourné pendant les vacances, mais bon tout de même il y a peut etre une part de vrai, Nolan voulais peu etre une sureté sur ces acteurs. Nolan ne laisse pas de doute… c’est pour ca qu’il coupe, puisque la toupie va tourner indéfiniment

  • http://twitter.com/tartopome Kinnem

    Casting impeccable ?
    Aïe je suis pas d’accord la, je ne peux plus du tout supporter Marion Cotillard et pour moi c’est le seul défaut du film !

  • http://twitter.com/oriane_j oriane_j

    LeReilly, c’est de la provoc ? Sinon je veux bien que tu m’expliques pourquoi Saito est beaucoup plus vieux que Cobb dans les limbes, alors qu’il est arrivé après…

    Lam, je me retrouve totalement dans l’equation de la hype (j’ai jamais aussi peu regretté d’être allée voir un film le jour de sa sortie je crois). Ca va spoiler sévère dans les commentaires…

  • http://twitter.com/tartopome Kinnem

    Saito est plus vieux juste parce qu’il arrive dans les limbes avant Cobbs (juste au moment de sa mort dans le 3eme rêve).
    Et comme le temps s’écoule encore plus vite que le reste des rêves, il a bien le temps de vieillir le bougre !

    Il y a un topic tres bien foutu sur allociné qui répond un peu près à tout sur les mystères du film : http://www.allocine.fr/communaute/forum/message_gen_nofil=629682&cfilm=143692&refpersonne=&carticle=&refserie=&refmedia=.html

  • Eikh

    De toutes façons, que la toupie tourne indéfiniment ou au contraire qu’elle s’arrête à la fin du film ne garantie en rien que Cobb se trouve dans la réalité ou dans un rêve. Le totem de Cobb est useless depuis qu’un garde et Saito l’on touché dans les limbes, de plus, Saito a fait tourner la toupie et elle s’est arrêté. Au même titre que Cobb a fait tourner celle de Marion Cotillard pour lui faire une Inception, cela renforce l’idée que Michael Caine a tout organisé. La toupie qui ne tourne pas dans les limbes modifie les perceptions de la réalité par Cobb.

  • http://www.studiosushi.com James

    Double combo “Limbo” : Playdead, Nolan o//

  • http://www.julientellouck.com Mouss

    “Tout ceci n’était qu’un rêve” ? Je n’y crois pas trop: on voit la toupie s’arrêter à maintes reprises dans le film, notamment à Mambossa…

  • Louise

    Bon c’est le premier espace que je trouve ce matin où discuter du film donc vous subirez mon avis!

    J’ai été pas mal déçue, car déjà pour moi l’histoire ne tient pas, le lien entre ces pouvoirs de pénétrer les rêves, ces missions commando et tout ça remis en cause/foirant/tenant par … l’amour? l’envie de revoir ses enfants? Non mais n’importe koua, un mec assez intelligent/supérieur pour posseder de telles capacités/pouvoirs que Coob a aussi la faiblesse toute conne de “gne veux regnoir mes enfants gna”? Mouais.

    Sinon, on finit malheureusement, par arriver à force de talent à “Christopher Nolan qui fait du Christopher Nolan”. Genre “bon on est à la fin du film, donc là Christopher Nolan va couper avant que tu puisses savoir si la pute de toupie s’arrête or not j’imagine. Ah. Ben voilà”.

    Et puis le chafouin morceau de Piaf pour que les amerlocs puissent reconnaître Cotillard, toujours aussi mauvaise au passage… (c’est pour ça qu’ils l’aiment j’imagine?).

    Sinon di Caprio, Page et le reste de son équipe jouent vraiment comme des dieux, les effets spéciaux dans l’hotel m’ont fait jouir, mais la mayo n’a pas prise.

  • Xas

    Moi j’essaie d’en lire le moins (c’est raté du coup) afin de le voir le plus vierge possible (la semaine prochaine), mais j’ai l’impression d’avoir été le seul à penser plutôt à Dark City qu’à Matrix quand j’ai vu la bande annonce (la scène où il semble plier la ville).

    Tant mieux si je me trompe, ça veut dire que je serais surpris.

  • Antoine T

    Quelques maladresses, de très bonnes idées, mais des barrières classiques qui ne tombent pas : les scènes de dialogue d’explication entre team mates ultra-usées, des défenses du cerveau simplifiées à des gardes armés dignes des FPS des années 2000 (où sont les monstres exotiques, les pièges de grande envergures … ) Enfin, ce genre de clichés qui rattachent le film à du ‘classique’ et font retomber la sauce pour ma part.

  • T-bag

    @Eikh : Saito touche la toupie dans un rêve. Or c’est dans la réalité qu’il ne faut pas la toucher.
    @Degardin : Je comprends pas bien ton analyse sur la toupie… Une toupie quand tu la lances fait en général de “grands cercles” pour se stabiliser par la suite (si t’en es pas convaincu, je t’invite à aller acheter une toupie, tu la lances sans la tenir bien droite mais plutôt légèrement inclinée et tu verras). Je vois pas en quoi le fait qu’elle se stabilise implique qu’elle va tourner indéfiniment, surtout que tu admets toi-même qu’elle se met à vaciller. Par contre, je respecte tout à fait ton point de vue sur les perturbations et le fait que Nolan joue avec ça.

  • slytherinification

    la réalité du film existe. Nolan choisit lui-même de créer ce doute en nous car 1) hello, il a quelque part réussi à faire une Inception sur nous les spectateurs et 2) l’effet de la toupie qui tombe est un “kick” pour nous rappeler que la réalité du film n’est pas la notre et qu’en sortant de la salle de cinéma on doit revenir à NOTRE réalité. et ça l’a bien fait rire. et nous aussi, car qu’on l’ait aimé ou pas, presque tout le monde cogite dessus “et les enfants, et le totem, et Saïto, etc.”. à mon humble avis, le film de Nolan est aussi une grande métaphore du processus de création, et notamment la création d’un film. si l’on y réfléchit bien, chaque rôle et fonction des personnages pourraient être assimilés à des fonctions dans le milieu de la réalisation cinématographique.
    après, mes explications quant au pourquoi tout le film n’est pas qu’un rêve de Cobb.

    1) la toupie n’est pas son totem. il est clairement expliqué qu’un totem = une seule et unique personne. sa femme est morte, mais ça n’explique pas le fait qu’il puisse l’utiliser. je suis de l’avis que son totem n’est rien d’autre que son alliance. Nolan insiste plusieurs fois dessus par des gros plans de sa main où l’on peut clairement apercevoir son alliance. or, à la fin du film il ne la porte plus alors que dans toutes les séquences oniriques elle est présente. il est donc revenu à la réalité. la toupie n’est rien d’autre qu’un poids le rattachant à son épouse décédée. voilà pourquoi il n’attend pas de voir si la toupie tombe ou pas à la fin: il a fini par la laisser partir et accepter son décès. donc au final on s’en fiche de savoir si la toupie continue de tourner indéfiniment ou pas, ce n’était qu’un “kick” de la part de Nolan pour nous réveiller.

    2) pour les enfants, là aussi Nolan joue avec nous. les acteurs ne sont pas les mêmes et après deux visionnages les habits sont différents. et il voit leurs visages. chose qui aurait été impossible dans un rêve.

    3) Saito est devenu un vieillard car comme on le sait, dans les limbes le temps reste indéfini. Saito est entré dans les limbes à sa mort au niveau 3, et s’il est devenu un vieillard c’est qu’il a décidé de se percevoir comme tel. un peu comme Cobb et sa femme qui, perdus dans les limbes se perçoivent comme des jeunes personnes alors qu’ils ont passé plus de 50 ans là-bas. comme la perception de la réalité est différente, leur perception de l’âge l’est aussi. c’est pour ça que Cobb explique que lorsqu’ils se sont réveillés, ils n’étaient que deux vieilles âmes retenues dans des corps remplis de jeunesse et de vitalité (en gros hein, je connais pas les répliques par coeur). donc Saito est devenu un vieillard car il l’a décidé.

    4) les réveils. okay les fils les reliant disparaissent comme par magie, mais souvenez-vous de la scène du train au Japon au début du film. Fischer se réveillant avant Cobb et Saito il est probable qu’ils aient eu largement le temps de tout ranger.

    5) Saito et Cobb se réveillent un peu après les autres membres de l’équipe, donc en fait il n’était peut-être pas si difficile de sortir des limbes… Cobb et sa femme en sortent en passant seulement sous un train, acte pas si simple en soi mais quand même assez facile pour revenir des limbes qui semblent si lointaines. Cobb et Saito n’auront eu donc qu’à se tirer dessus pour pouvoir revenir à la réalité. et pour ceux qui diraient que se tirer dessus les renvoient à une sixième phase du rêve, d’où la possibilité d’une réalité onirique, je dis: WRONG. en se tuant ils remontent à la phase supérieure et non pas inférieure. donc retour à la réalité, dans l’avion.

    6) les membres de l’équipe ne communiquent pas car il ne faut pas oublier qu’ils sont en mission. ils ne sont pas censés se connaître. cela pourrait paraître suspect que tous les membres de la 1ère classe d’un avion se connaissent et partent bras dessus bras dessous en quittant l’aéroport.

    bref, pour moi la fin EST la réalité et non pas un rêve ou Cobb perdu dans les limbes. le coup de la toupie est juste un poke de la part de Nolan. et qu’on ait aimé ou pas, le film fait parler et réfléchir, ce qui je pense était le but premier de Nolan. très bon film qui méritera sa place sur mon étagère DVDs.

  • http://www.wisibility.com/ Tony

    Salut Mister ;)
    Perso, j’ai ultra kifé ce film qui est une parfaite démocratisation pour la mémétique… Je ne sais pas si tu connais la mémétique, mais je pense que ça devrait te plaire ! On vient justement de faire un billet qui renvoie vers notre association sur la mémétique en France : http://bit.ly/aMFiW8

    Pour résumer en quelques mots… l’homme n’est pas le créateur de ses idées…

    Ca me ferait plaisir que t’y jettes un oeil et que tu me dises ce que tu en penses… il faut savoir que la mémétique est une vision du monde qui prend pas mal d’ampleur aux USA…

    ++ Tony

  • G

    Je confirme, Cotillard fatigue. Et Ariane qui fait des labyrinthe, c’est une grosse ficelle bien naze.
    Mais très chouette film.
    Après, si on veut tout démonter, on peut toujours, mais c’est bien aussi de profiter d’un film sans toujours vouloir être plus malin que le scénariste/réalisateur/critique/etc…

  • Mlle M.

    Plutôt d’accord avec T-bag. Pour moi, j’aime cette chute finale avec la toupie qui remet en question les 2h 26 d’une vérité certaine par un simple ” Et si ?”. Après tout, et si l’idée de Nolan était de nous laisser douter ?
    Pour ce qui en est de Marion Cotillard, je ne l’ai pas trouvé particulièrement mauvaise dans ce film, seulement lourd le lien quasi obligatoire avec le morceau de Piaf, il aurait été d’avantage plaisant que la musique soit un grand morceau un peu oublié de nos jours, mais connu par tous.

    @ Antoine T: les projections sont légitimement des soldats armés car il est expliqué que le sujet a été militarisé. Il est donc normal que son subconscient se protège de cette façon. Après, il est clair que les monstres exotiques aurait donné un effet tout à fait singulier et intéressant par la confrontation ville réelle/monstres imaginaires. Je pense que c’est par soucis du réel (le sujet ne sait pas qu’il est dans un rêve et ne doit pas le savoir) que ce genre de projection n’a pas été désiré/choisi.

    Ce film est à hauteur de mes attentes, avec un scénario complexe et ambigu, de très bon acteurs, ce n’est pas dans tout les films qu’on peut voir Joseph Gordon-Levitt (Arthur, suivant de Cobb) au côté de Ellen Page (Ariane). Bien évidemment, le reste de la team est géniale aussi.

  • http://www.thespha.fr Spha

    Well, je suis du côté du Reilly pour une fois question ciné, aucun doute n’est laissé par Nolan, la scène finale, c’est juste de l’épate pour permettre de retourner le film dans tous les sens.
    C’est exactement le même procédé dans Le Prestige (justement) où la dernière apparition de Hugh Jackman est faite pour : on se demande si tout est bien fini, mais clairement Nolan a décidé que oui.

  • http://www.monsieurlam.com Lâm

    J’en étais sûr : je vous lis et je doute de plein de choses. o//

  • Ant-1

    Le totem de la petite architecte on est bien d’accord que c’est un fou ?

    La fille est Française, on parle donc bien d’un “fou”, serait-ce un indice pour nous aiguillé sur la nature de la “réalité” présentée ?

    Coïncidence ? Je ne pense pas.

  • http://www.walien.net Walien

    Moi j’aimerai bien qu’on m’explique pourquoi lors de la préparation du plan ils annoncent que le rêve en 3e strat va durer 10 ans (6 mois pour la 2e, 3 semaines pour la 1ère) alors qu’en fait si je ne me trompe pas ils ne restent qu’une heure dans la 3e strat apparament … ou alors il y a une grosse ellipse quelque part.

    Dans les Limbes par contre je veux bien croire qu’ils y soient restés plus que 10 ans ^^ (Saito en tout cas).

  • http://www.studiosushi.com James

    Les propriétés du sédatif utilisé par Yusuf …

  • http://twitter.com/oriane_j oriane_j

    Mourf. J’ai du zapper un truc, j’étais sûre que Saito mourrait après que Cobb et Ariane vont dans les limbes, vu qu’il a encore le temps de tirer sur deux mecs et de balancer une grenade.

    Je vais renoncer à comprendre ce film :)

  • http://www.monsieurlam.com Lâm

    C’est bien ce que je pensais : Nolan lui-même affirme avoir construit son film pour qu’aucune théorie n’enterre définitivement les autres.

  • http://www.studiosushi.com James

    D’ailleurs je crois que c’est la première fois que je vois une salle de ciné entière retenir sa respiration à la toute dernière seconde d’un film :O

  • Yann

    Au passage, une interview de l’acteur Indien qui conduit le van dans le niveau 1 est assez interessante:

    http://nymag.com/daily/entertainment/2010/07/inceptions_dileep_rao_answers.html

    “What if Leo is the one being “incepted” with an idea?”
    > “The problem for me is that you’re using negative evidence to support a story that isn’t there. I don’t know what to say about a character who only exists before and after the movie. You’re talking about a character who isn’t onscreen. It’s a mental heuristic failure to think that one or two minor details explain absolutely everything. I mean, kids wear the same clothes all the time.

    To me, it’s a far more elegant story if it’s a vast job that Leo has to pull off. The threat is real, the growth is real, the adversary is real. The weakness of “It’s all a dream” — why we hate that, why we feel cheated when narratively anything is revealed to be all a dream — is that you’ve just asked me to spend so much time and emotional capital investing in the stakes of this, and you’ve now swept it away with the most anti-narrative structuralism that doesn’t have anything to substitute in its place. It’s laughing at you for even taking it seriously. You don’t want to feel like a victim of the narrative, and I don’t think Christopher Nolan would do that.”

  • hoaxymore

    Que la toupie vacille ou pas n’a aucune importance, il la rêve et il rêve les règles qui la régissent, tout comme il rêve cette histoire d’extraction. Et la cuillère n’existe pas.

  • http://elblogodelcanino.tumblr.com/ Canino

    “3) Saito est devenu un vieillard car comme on le sait, dans les limbes le temps reste indéfini. Saito est entré dans les limbes à sa mort au niveau 3, et s’il est devenu un vieillard c’est qu’il a décidé de se percevoir comme tel. un peu comme Cobb et sa femme qui, perdus dans les limbes se perçoivent comme des jeunes personnes alors qu’ils ont passé plus de 50 ans là-bas. comme la perception de la réalité est différente, leur perception de l’âge l’est aussi. c’est pour ça que Cobb explique que lorsqu’ils se sont réveillés, ils n’étaient que deux vieilles âmes retenues dans des corps remplis de jeunesse et de vitalité (en gros hein, je connais pas les répliques par coeur). donc Saito est devenu un vieillard car il l’a décidé.”

    Je suis à moitié d’accord sur ce point. Va pour chacun sa perception dans un rêve mais de là à choisir volontairement son aspect, moui. Je pense qu’il s’agisse, dans le cas du couple comme dans celui de Saito, ni plus ni moins que du temps passé là-bas. Sachant qu’à chaque pallier franchi le temps se démultiplie (une semaine, six mois, dix ans), le 4ème doit aller bien loin, plusieurs dizaines d’années (quiche en maths, laissez-moi tranquille). Il devait le chercher, et il a du bien fouiller partout dans les limbes. Saito s’est laissé vivre/mourir donc il a vieilli comme si le temps avait prise sur lui tandis que Cobb a passé son temps à chevaucher les timelines pour le retrouver. Cobb a eu conscience de son voyage, donc il a gardé son apparence, mais l’autre c’est perdu, donc non.

    Sinon j’ai adoré la logique, moins les moyens. On est dans un rêve, c’est trop strict, pas assez onirique à mon goût, pas assez fantastique. Nolan fidèle à lui-même, structure cintré, impeccable mais un peu hors sujet (idem sur Dark knight).

  • T-Bag

    Saito semble beaucoup plus vieux parce qu’il est à la base beaucoup plus vieux que les autres. Si mes souvenirs sont pas tout à fait mauvais, Cobb parait plus vieux dans la scène finale des limbes mais pas encore un vieillard.

    Par contre, j’ai une question qui me pose problème mais qui en soi n’a rien à voir avec la fin du film. Est-ce que Fischer est bien le rêveur dans toutes les strates comme a essayé de me convaincre un collègue ? ou est-ce que chaque strate correspond au rêve de celui qui y reste pendant que les autres plongent encore plus loin ? D’après ce que j’en avais retiré, il s’agissait du rêve de celui qui y reste puisque dans la toute première scène du film, il s’agit du rêve de l’architecte qui se fait défoncer par la suite (Cobb le dit à Saito lui-même je crois) et dans la base enneigée, Cobb dit à Eames qu’il s’agit de son rêve. Du coup, le rêve de quelqu’un serait complètement déconnecté des projections qui s’y trouvent et qui sont celles du sujet, en l’occurence de Fischer dans la série de rêves finale. Puisque les projections cherchent à le protéger (train, mecs armés, les gens qui regardent Arthur et la girl dans le hall ou Cobb lorsqu’il parle à Fischer au bar et qui se sent d’un coup menacé et au final rassuré par le premier qui joue les protecteurs pour le calmer), le sujet amènerait ses propres projections dans le rêve d’un autre, non ? Le but de l’achitecte étant de construire un labyrinthe suffisamment grand dans lequel elle piège les projections qui ne s’en rendent pas compte.
    Peut-être que ma question trouve se réponse directement dans le film, mais j’avoue avoir oublié quelques détails et pas forcément fait attention à tous les dialogues.

    Autre question : Ce même collègue pense que dans la scène finale avec Saito et Cobb, il s’agit des limbes de Saito, différentes des limbes de Cobb, parce que l’environnement n’est pas du tout le même. J’avais plutôt compris que les limbes étaient partagées par tout le monde, pourquoi j’en sais rien… mais sa remarque sur l’environnement des limbes me titille un peu, puisqu’il est vrai que dans les limbes, il était répété dans le film que l’environnement avait été créé par Mal et Cobb. Et puis comment Cobb aurait fait pour passer de “ses limbes” à “celles” de Saito ? Pas logique ! Ca voudrait dire que les limbes sont beaucoup plus grandes que la ville qu’ont créé Mal et Cobb et qu’il ne s’agit pas uniquement d’un labyrinthe… Au final je sais pas si ma question initiale appelle à une réponse, mais si quelqu’un à un avis, je prends !

  • http://www.labandepasdessinee.com Navo

    ‘Tain mais la vraie question, c’est : pourquoi à la fin, son daron lui serre la main à l’aéroport ?! Ça se fait ap’ ! Un bisou, quoi !

  • http://www.k-blog.fr Kika

    Pour moi là ou le film m’a un peu largué c’est au niveau du passage entre le niveau 2 et 3, quand ils sont tous dans la chambre d’hôtel avec Robert Fischer, Jr. Celui ci accepte d’aller fouiller le subconscient de son oncle alors qu’il sait déjà qu’il est en train de rêver. Donc il sait que son oncle qu’une projection et ne fait pas forcément partie du rêve collectif (enfin il peut, puisqu’ils ont été enlevé ensembles au niveau 1, mais je vois pas ce qui nous le dit clairement). Si quelqu’un a une réponse là dessus, je prends…
    Et +1 Navo ; P

  • truc-anh

    Lorsque mes yeux ont commencé a se fermer une camionnette tombait d’un pont. et quand je me suis réveillé elle avait toujours pas toucher l’eau.

  • truc-anh

    Marion C est nulle a chier.

  • http://www.suricat.net/ Suricat

    Vu hier soir… Très gros plaisir. Pas pris le temps de tout analyser car je me bouchais les oreilles depuis sa sortie pour ne rien entendre. Moralité, faut que j’y retourne pour revoir en profondeur…

    Le seul truc casse pieds : MAIS POURQUOI AVOIR REPRIS DU PIAF ????? Sont si cons les amerlocs qu’ils n’arrivent pas à associer Cottillard à autre chose que Piaf ??? ça, ça m’a vraiment, mais vraiment gonflé…

    Et sinon, outre le fait d’avoir fait des design de niveaux aussi compliqués (je comprends pas l’intérêt de se retrouver dans la montagne, en hiver, etc. Pas simple), je ne pige pas un truc : que le premier rêve contienne des systèmes de défenses pour protéger l’héritier, ok. Mais pourquoi se système se retrouve-t-il alors dans les deux autres rêves imbriqués ? Cela ne devrait pas. Et surtout qu’il ne se retrouve pas dans le 4ème rêve… Pas logique…

    Bref, j’adore, faut que j’y retourne !

  • http://www.labandepasdessinee.com Navo

    Kika > Il croit que son oncle est un traître et qu’il est entré dans son rêve. Pas que c’est une projection.

    Suricat > Parce qu’à chaque niveau, ils sont dans l’inconscient de Robert Fischer Jr. Et le 4ème rêve, ce sont les limbes, il n’y a pas de projections dedans.

  • neo

    Pour ceux qui pensent qu’ils ont choisi Piaf au hasard:

    http://www.youtube.com/watch?v=UVkQ0C4qDvM&feature=player_embedded

    :D

  • http://www.monsieurlam.com Lâm
  • Joey

    Non mais j’ai une question pourquoi Cobb a-t-il semé l’idée que le monde n’étais pas vraiment réel dans l’esprit de Mel ? la j’avoue que je n’ai pas compris le but!

  • http://alvdaz.fr Daz

    @Joey: Parce qu’elle se plaisait dans son rêve, qu’elle refusait de le quitter et qu’elle avait mis son totem, le seul truc qui lui permet de faire la différence entre réalité et rêve, sous clé pour ne pas avoir à se demander si ce monde qu’elle a bati avec Cobb était réel ou non.

    Du coup pour lui faire lâcher l’affaire, il a semé le doute en elle en pensant (à tort) que cette “idée” ne perdurerait pas une fois réveillée.

  • lovedanino

    euuuuuuuuuuuh ! :)
    j’avais qques questions mais en voyant toute vos ” analyses “, ben j’me dis que j’ai à peu près piger le truc :)
    bien aimé l’imbrication des rèves..je prends un avion, où je rêve que je descend dans un chouette hotel, où je rêve que je fais une balade en minibus, où je rève que je vais au ski …..:)
    à Navo ; je crois que c’est son beau-père Michael Caine , non ?
    à Truc anh, smiley qui rigole pour ton histoire de camionnette
    les roulés/boulés dans l’hotel : ++++++++++
    avez vous reconnu le p’tit jeune qui jouait dans ” 3è planète après le soleil ” ??? :)
    oui, sinon, cotillard/piaf m’a gavouillée, en plus, elle était bien barrée là, !!
    et moi j’vous dis qu’la toupie va tomber…. il a bien le droit de retrouver ces pitchounets après toutes ses turpitudes, pov’gars, bondiou !
    à vous les studios :) :) :)

  • Pingback: Lâm, un mec qui tient un blog de fille. » Archive du blog » La glande utile()

  • G

    OK, mais si c’est une manipulation de son père, comment fait-il pour rentrer aux US sans souci?

  • http://alvdaz.fr Daz

    @ Lam: pour le coup des rêves qui sont “froids” et manquent de fantaisie, remember que le sujet hacké a un mécanisme de protection assez sensible des que son subconscient percute que le rêve dans lequel il se trouve n’est pas le sien, d’où l’obligation pour l’architecte de faire un truc suffisamment neutre/passe-partout pour ne pas éveiller les soupçons et de fait, les projections Modern Warlol.

    Moi je trouve ça plutôt cool qu’on nous ai pas servi un mix indigeste entre Avatar et le labyrinthe de Pan.

  • daphné desroziers

    Juste pour le dire, les deux enfants présents dans les rêves sont jouées par les petites sœurs de celle qu’on voit à la fin… Preuve s’il en est que les enfants ont grandi et que Cobb est dans la réalité… ou pas!

  • http://alvdaz.fr Daz

    Et pour les limbes, Cobb n’est pas dans les limbes avec Mal, mais bien dans un rêve, le 4e niveau, je crois. Les limbes, ,c’est le sub-level commun à tous, fait de bouts éparses des rêves des autres, raison pour laquelle Cobb arrive sur sa plage à lui, tandis que Saito est dans son dojo/manoir/villa à lui, à l’attendre.

    Tiens je viens de l’auto convaincre encore plus, té.

  • T-bag

    @Daz : En fait si, Cobb est bien dans les limbes à la fin dans le 4e niveau, puisqu’il explique à Ariane à un moment que le monde qu’il avait créé avec Mal était dans les limbes (précisé comme étant le niveau 4 par Arthur lorsque Ariane apprend le fonctionnement des rêves emboités).
    En fait visiblement chacun construit ce qu’il veut dans les limbes, c’est pourquoi Cobb retrouve Saito dans sa villa. Et si Saito a vieilli beaucoup plus vite que Cobb alors que Cobb a plongé bien avant Saito dans le niveau 4, ca serait cohérent avec le fait que Saito dans un environnement familier (à savoir sa villa) n’a pas conscience qu’il est dans un rêve d’où le “je suis là pour vous rappeler” que lance Cobb à la fin.
    Par contre, tu me mets un doute… si je me souviens bien, on voit 2 fois la plage apparaître dans le film : au début et lorsque il débarque avec Mal dans les limbes, non ? Parce que sinon, s’il débarque sur la plage à la fin du film, j’aurai du mal à piger pourquoi il arrive de la mer en cherchant Saito alors qu’ils sont déjà dans le même niveau. Quoiqu’après tout il a le droit d’aller nager…

    @ Lam : Je crois que Lovedanino a raison, c’est pas son père mais son beau-père. D’où la poignée de mains virile à l’aéroport. Evidemment, ça change pas grand chose et ça n’empêche pas ta théorie. Mais ce qui m’embête avec cette fin, c’est que c’est Cobb qui dirige toute l’équipe et qui choisit notamment d’utiliser un sédatif ultra-puissant pour que si quelqu’un meurt, boum direct dans les limbes. Evidemment c’est peut-être le meilleur endroit pour qu’il retrouve Mal et fasse son deuil, mais là encore, c’est aussi lui qui demande à Ariane de sortir des limbes pendant qu’il va chercher Saito seul. Alors que si toute l’équipe était impliquée dans une inception de Cobb, Ariane (la seule de l’équipe avec Cobb) aurait au moins pu avoir la descence d’aller chercher son collègue mort alors que c’était pas prévu. Et si… par hasard, sa mort était prévue… mais là ca serait quand même demander beaucoup à Saito de moisir pendant quelques décennies dans les limbes en attendant que Cobb vienne le chercher.
    Si t’as des arguments, je veux bien me laisser convaincre. Je suis réfractaire à aucune fin, sauf celle du tout rêvé.

  • http://virgoblog.com Virgo

    Mais je pense quand-même que Michael Caine est son beau père, le père de Mall… non?
    Par ailleurs, j’aime bien l’idée que les plusieurs théories tiennent toutes la route et qu’il soit impossible de vraiment résoudre ça, c’est beau, je trouve.

  • http://lapfamilia.blogspot.com grandlap

    Si les rêves ne sont pas peuplés de monstres fluos c’est parce que les rêves semblent toujours réels. Ce n’est qu’au réveil qu’on leur trouve quelque chose de louche. Pour nous, spectateurs, les scènes de rêves sont la réalité et nous paraissent donc cohérent.

    Une question cependant: pourquoi l’absence de gravité qui passe du niveau 1 au niveau 2 ne se transmet également pas au niveau 3?

  • Simon

    Chaque film comme le dit Gaspard Noé est un tour de magie.
    Le principe de la magie est d’attirer l’attention sur un objet pour tromper l’attention du public.
    Je pense que la toupie est un leur.

    Tout est dit dans le titre “inception” “le création à l’intérieur” ou comment l’intelligence crée des abstacles, des labyrinthes pour atteindre, élucider ce qui nous ronge. Mais une fois le problème résolu, le labyrinthe, aussi difficile soit il, amène toujours à soi. Une recherche intérieur ne peut amener qu’à ce que l’on est au fond de nous même. Je pense que le veilliard des limbes dans le film est le type joué pas Léonardo Dicapro en vieux. En fait, il se parle à lui même.

    Drole de re regarder The Dark Knight après ça… et ce que dis le joker ! ” je suis un visionnaire !” il disait.

  • Jude Orange

    Je ne suis pas vraiment d’accord avec la théorie “le véritable totem de Cobb est son alliance”.
    Si c’était le cas, pourquoi s’amuserait-t-il à manipuler la toupie de manière aussi répétée ?

    Vous allez me dire que de toute manière la toupie n’est plus valable comme totem parce qu’elle appartenait à Mall et que Cobb l’a touchée, mais j’imagine que la règle de possession du totem ne joue que quand son propriétaire est vivant: aucun tiers ne doit toucher notre propre totem car il peut en faire usage contre nous en troublant notre perception de la réalité, exactement comme Cobb l’a fait sur sa femme. Comme sa femme est décédée, la toupie est dépossédée de son pouvoir et il peut la désigner comme son propre totem.

    On remarquera que les règles d’usage du totem sont très floues: s’agit-il de contact dans les rêves, ou dans la réalité ? Cobb a réalisé l’inception sur sa femme en touchant la toupie, donc j’imagine que la règle est valable dans les limbes: lorsque que quelqu’un touche notre totem, on ne distingue plus le rêve de la réalité. Mais dans ce cas, comment se fait-il que Cobb réutilise la toupie à sa sortie des limbes alors que Saito a manipulé la toupie ? A-t-il oublié ce fait ?

    Dans tous les cas, il est clair pour moi que l’alliance ne peut pas être un totem, sa simple présence ne peut pas justifier l’évolution dans un rêve ou non (elle pourrait être une projection de sa culpabilité, de son attachement pour Mall. Et si c’était vraiment son totem, comment faisait-il lorsque Mall était encore en vie ? Il était censé la porter 24/24h)

  • François

    Beaucoup aimé le film également, je n’avais regardé aucune bande annonce et quasiment rien lu avant d’aller le voir, pour éviter le syndrome hype qui m’avait tant déçu pour The Dark Knight…
    Je pense d’ailleurs qu’il manque une variante VO/VF dans ta formule, on m’a trainé voir The Dark Knight en français et j’aurai du refuser pour le voir d’abord en VO…

    Quelques pensées en vrac à la suite de ton billet / des commentaires.

    J’ai trouvé Ellen Page plutôt bonne, mais j’aime beaucoup l’actrice donc je suis certainement un peu biaisé ! Quand au syndrome “actrice française dans un film américain” je pense que je suis complétement dedans aussi, je n’ai donc pas trop apprécié Marion Cottillard, même si elle joue bien la folle finalement.

    Je ne pense pas que Cobb et Arianne soient dans les limbes à la fin, ils sont dans un rêve de Cobb, on les voit clairement se brancher alors que le chemin direct pour les limbes consiste à se tirer une balle dans le crane. On ne les voit pas vraiment brancher Fisher, mais j’imagine qu’ils le font. D’après ce que j’ai compris les limbes sont communes à toutes les personnes participant au même rêve initial. Comme Saito meurt en premier (il meurt dans le niveau 3, ce qui le réveille dans le niveau 2, ou il meurt, pour mourrir dans le niveau 1, et enfin se retrouver dans les limbes à cause du puissant somnifère) il vit très longtemps dans les limbes (qu’il façonne à son image) avant que Cobb ne le rejoigne, mort noyé dans le niveau 1. Par contre tout cela n’explique pas vraiment pourquoi il est aussi facile pour eux d’en sortir ensuite. Si le simple fait de se suicider suffit à sortir, pourquoi Saito ne se suicide-t-il pas immédiatement à son entrée dans les limbes ? Après tout, on comprend dans le dialogue final entre lui et Cobb qu’il à fait tout ce qu’il a pu pour se souvenir qu’il n’était pas vraiment dans sa réalité.

    C’est vrai qu’on ne connait pas le totem initial de Cobb, mais comme cela à déjà été dit il a du faire sien celui de sa femme après son suicide. Je ne pense pas que le fait que quelqu’un touche le totem en dehors de la réalité ait un impact, dans les rêves le totem est modifié et c’est ce qui leur permet de faire la distinction. Ils doivent rester les seuls à connaitre parfaitement les propriétés physiques de leur totem dans la réalité pour éviter qu’on ne crée un rêve avec un totem répliqué à l’identique. Ainsi la moindre différence entre le totem réel et rêvé permet de faire la différence, la toupie rêvé de Cobb n’a pas les mêmes propriétés que la réelle, Saito ne serait donc pas en mesure d’en créer un faux.

    N’hésitez pas à faire part de votre point de vue :) Ca fait très longtemps que je n’ai pas eu autant envie de débattre sur un film, et en cela Nolan à vraiment réussi son coup ! Il va falloir que je retourne le voir…

  • http://cafarnaom.wordpress.com Cafarnaom

    Bon en tout cas, à vous lire, il est clair qu’une deuxième lecture est plus que nécessaire !
    La théorie du totem Toupie qui n’en est plus vraiment un est intéressante :) Cela me fait penser au totem d’Arianne qu’on ne fait qu’apercevoir. Nolan aurait peut-être détourné notre attention sur un faux totem ?
    Et la fin, ah la fin…

  • tadaaaaa

    J’ai plutôt l’habitude de voir les films susceptibles de me plaire en VO, mais comme ce coup-ci c’est beaucoup plus pratique pour moi de le voir en VF, j’aurais voulu savoir si ce n’étais pas trop dommage. Merci.

  • http://www.monsieurlam.com Lâm

    Je ne l’ai pas vu en VF, donc impossible de te dire.
    Un bon point pour le voir en VF : il n’y a aucun jeu de mot en V.O, donc tu ne perds pas grand chose.

  • Olivier

    J’ai vu des extraits en VF… tu perds quand même beaucoup. L’accent british de Tom Hardy disparaît, Ken Watanabe à un accent chinois “Les Inconnus style”, et Marion Cotillard ne se double même pas elle-même. Si possible VO donc !

    Mais effectivement comme dit Lâm pas de jeux de mots ni de grosses subtilités, c’est plus pour la forme que pour le fond.

  • Olivier

    @ François : point de vue intéressant à propos de la fin du film, l’ayant revu ça paraît très plausible. Par contre je ne pense pas que Cobb se noie, puisqu’il reste dans le rêve/limbes avec Mall (pas de kick pour remonter). N’oublions pas qu’il est blessé (coup de couteau de sa chère et tendre), peut être qu’il se laisse mourir et à ce moment là se retrouve dans le niveau de Saito, celui-ci y étant donc depuis bien plus longtemps.

  • tadaaaaa

    Bon ce film semble mériter la VO, et Di Caprio n’a plus sa voix habituelle; je vais faire du stop ou m’acheter un solex. mici

  • http://www.coroflot.com/public/individual_details.asp?individual_id=214129 fabsolute

    Bon sang de bois. Je tombe par hasard sur un blog dont la plume sur deux articles m’émeut. Je poursuis. Jusqu’à Inception…
    Je résisté vainement à la tentation de lir ela critique jusqu’au bout. Hélas. Voila qui ne m’encourage que davantage à m’enfermer dans une salle obscure.
    Tout en tâchant de faire fi de ce que j’ai appris ici.

    Bonne continuation en tous cas!

  • http://www.monsieurlam.com Lâm

    Ah oui, là c’est spoil land !

    Allez hop, au piquet. Enfin, en salle.

  • http://www.flickr.com/photos/monsieurzenein/ Monsieurzenein

    Tiens je suis tomber la dessus tout à l’heure. C’est vraiment interessant.
    Contrôler ses rêves, c’est possible ! (Enfin presque avec de l’entrainement)
    Je trouve ça Énorme !

    http://www.slate.fr/story/25883/inception-reve-science-manipulation-neurologie

  • sd

    En fait, y a une quatrième théorie possible !
    Tout le film est un rêve (normal) de Cobb, jusqu’à son réveil dans l’avion

  • Pingback: Lâm, un mec qui tient un blog de fille. » Archive du blog » Fuego dentro de mi()

  • Lola

    Que la toupie s’arrête ou pas n’a aucune incidence. La toupie est le totem de Mall, pas de Cobb.
    Lui, son totem, c’est sa bague, qu’il porte à la main droite ou gauche en fonction qu’il se trouve ou non dans la réalité.

  • Gordon

    Je n’ai pas bien compris le concept des limbes. Quand est-ce qu’on s’y retrouve, et pourquoi ? Je pensais que lorsque Cobb et Mall ont vécus 50 ans ensembles ils étaient dans un simple rêve, et non dans les limbes, comme vous semblez tous plus ou moins le dire. Eclairez-moi, je me sens bête…